www.handi-zen.com

handi-zen

Frédégonde,chapitre,2

967 appréciations
Hors-ligne

Les sources
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.
Les principales sources d'époque sont la chronique de Grégoire de Tours, Histoire des Francs, qui s'arrête en 591, celle de Frédégaire ainsi que la vie en prose de Radegonde de Poitiers et les poèmes de Venance Fortunat.
Grégoire de Tours décrit Frédégonde comme une femme cruelle bien qu'elle apparaisse également donnant asile à une jeune fille bannie de sa ville(2 )ou cherchant à apaiser une querelle entre Francs(3.)
Il faut savoir que leurs auteurs sont de parti pris. Grégoire, évêque de Tours, est même un acteur des conflits de l'époque et un partisan du roi d'Austrasie, Sigebert Ier(4.)
Par contre, Venance Fortunat la décrit comme une reine avisée et d'une aide précieuse pour le roi(5.)
Il est à noter que ses contemporains n'hésitent pas également à user du meurtre et de la torture.
La chronique de Frédégaire, du VIIe siècle, commence en 584, est en revanche hostile à Brunehaut.


Biographie
L'ascension de Frédégonde
Frédégonde est probablement une suivante de la reine Audevère, première épouse de Chilpéric. Elle serait née à Angicourt (actuelle Oise)(6,) dans une famille de serfs.
Le roi en fait rapidement sa concubine(7.)
Mais, désirant une aussi noble alliance que celle de Sigebert, qui a épousé la princesse wisigothe Brunehaut, fille d'Athanagild, Chilpéric épouse, en 566, Galswinthe, sœur aînée de Brunehaut.
Déçue par son mariage, elle exige le départ de Frédégonde, mais menacée de répudiation, Galswinthe demande alors à retourner en Espagne. En 568, elle est trouvée étranglée dans son lit.
Après quelques jours de veuvage, Chilpéric reprit Frédégonde, qu'il épousa(7.)
La faide royale jusqu'en 584

Gravure du tombeau de Frédégonde dans l'Histoire populaire contemporaine de la France, tome 1 de Charles Lahure.
Pour apaiser la colère de la reine Brunehaut, Sigebert convoque Chilpéric à une assemblée présidée par leur frère Gontran. Celui-ci décide qu'à titre de compensation (wergeld), les cités(8 )(Bordeaux, Limoges, Cahors, Béarn, Bigorre) reçues par Galswinthe à titre de douaire(9,) deviendraient immédiatement la propriété de Brunehaut et de ses héritiers. Chilpéric semble se soumettre à la décision de ses frères pour gagner du temps, mais il ne tient pas son engagement et se lance au contraire dans une guerre contre Sigebert, d'abord en Aquitaine, puis dans le royaume de Metz.
En 575, Sigebert réplique en lançant à partir de Paris deux attaques, l'une vers Rouen, l'autre vers la Picardie. Chilpéric, après que son armée a fait défection, s'enferme dans Tournai, tandis que Sigebert obtient le ralliement d'une partie de son armée à Vitry, près d'Arras : il est même « hissé sur le pavois », c'est-à-dire reconnu comme roi. Mais il est assassiné juste après par deux leudes(10 )envoyés de Chilpéric et de Frédégonde(11,)(12.)
La situation de la Neustrie se rétablit alors. Chilpéric s'empare de Paris ; le successeur de Sigebert, Childebert II, lui échappe, mais Brunehaut est faite prisonnière et emmenée à Rouen, dont l'évêque est Prétextat.
L'année suivante, Brunehaut réussit à séduire et à épouser le fils de Chilpéric, Mérovée, fils d'une première épouse, Audovère. Mérovée est par ailleurs le filleul de Prétextat. Chilpéric réagit à cet acte de rébellion en faisant déposer Prétextat par une assemblée d'évêques ; il fait aussi tonsurer Mérovée, qui est ensuite assassiné (577), peut-être à l'instigation de Frédégonde. Brunehaut réussit à s'échapper et rejoint Childebert II, devenant régente du royaume de Metz. En 580, disparaît aussi un autre fils d'Audovère et Chilpéric, Clovis(13,) puis Audovère (580) ; Basine subit de mauvais traitements(14.) Frédégonde est de nouveau soupçonnée d'être responsable de ces événements ; elle veut assurer à sa propre descendance la succession de Chilpéric. Mais ses propres enfants meurent en bas âge : le petit Samson, né pendant le siège de Tournai fin 575(15,) mort avant 5 ans, ses frères Dagobert (580 – 580) et Chlodebert (565/570 – 580)(16) en septembre – octobre 580 ; Thierry (582 – 584)(17.)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 187 autres membres