www.handi-zen.com

handi-zen

Renard roux,chapitre,11

764 appréciations
Hors-ligne

Espèce invasive en Australie
Il a également été introduit en Australie au cours du XIXe siècle. Les colons pensaient ainsi pouvoir enrayer la prolifération des lapins dans le pays, et envisageaient également d'y introduire la chasse à courre, loisir très apprécié au Royaume-Uni. Il s'est depuis bien établi dans cette contrée(127), puisque les quelques spécimens importés dans la région de Melbourne entre 1845 et 1870 ont petit à petit formé une population importante. En 1916, l'espèce avait gagné l'ouest du pays après avoir traversé le grand désert de Victoria et le désert de Simpson(126.) Le Renard roux inquiète rapidement la faune locale et menace de faire disparaître certains petits vertébrés endémiques du pays. Dès 1929, une prime était attribuée aux chasseurs pour inciter à exterminer l'espèce, sans grand succès(126.) Seuls les dingos, qui occupent la même niche écologique que les renards et sont plus agressifs, parviennent à enrayer la propagation de l'espèce dans certaines régions(126.)


Habitat

Renard roux dans une prairie de l'état de Washington, aux États-Unis.
Le Renard roux est très commun car il s'adapte à des milieux très variés. On peut ainsi le rencontrer en bord de mer comme dans les landes d'altitude, dans les campagnes comme dans les villes, dans les forêts, les champs cultivés, les prairies, les savanes, les steppes et même dans le déser(t46). Il affectionne néanmoins plus particulièrement les zones tempérées au paysage ouvert et varié comprenant forêts, champs cultivés, ruisseaux et collines. En général il réside à l'abri dans les forêts, et va se nourrir à la bordure des bois et des haies où il trouve une grande diversité de fruits, de baies et d'insectes, et dans les champs cultivés, comme les prairies fréquemment fauchées, où il lui est plus facile de chasser les rongeurs(97.) L'été, la mère emmène fréquemment les jeunes dans les champs de céréales ou de maïs où ils sont à l'abri de la pluie et du soleil(48). Le Renard roux s'est bien adapté à la présence humaine et il fréquente divers habitats créés par l'Homme comme les champs cultivés, les lisières de bois, les vergers, les terrains militaires, les friches de déprise agricole, les aérodromes ou les bords de route et de chemin de fer, où il trouve de la nourriture(129). Il est de plus en plus fréquent en milieu urbain où il se nourrit des déchets laissés par les Hommes(48.) La densité moyenne en France est d'un individu au km2, mais on peut trouver jusqu'à cinq groupes familiaux par km2 en zone urbaine(127.) Cette densité est en effet très variable suivant la disponibilité en nourriture. Ainsi, il faut compter en moyenne en campagne entre 30 et 200 ha par individu et entre 150 et 600 ha pour un couple et sa progéniture. En montagne où la nourriture est nettement plus restreinte on peut avoir jusqu'à 4 000 ha par individu, tandis qu'en ville on trouve un individu pour 10 à 40 ha(48. )


Dénominations et systématique
Étymologie et sémantique
Le renard était appelé au Moyen Âge goupil, mot provenant du terme latin Vulpes désignant cet animal, et qui en constitue aujourd'hui la dénomination scientifique. Il doit son nom commun actuel au Roman de Renart, œuvre littéraire très connue du Moyen Âge dont les héros sont des animaux portant chacun un nom(130.) Ainsi le goupil du livre s'appelle Renart, nom propre qui comme Renaut et Reginald et ses formes allemandes plus anciennes Raginohard et Reginhart, vient de l'allemand ragin et hart et signifie « de bon conseil »(130.) Au XIIe siècle, le récit est tellement populaire que l'appellation Renart s'impose sur goupil, et elle perdurera jusqu'à aujourd'hui(130.) L'épithète « roux » fait bien sûr référence à la couleur de la fourrure de cette espèce.
Taxonomie
Au sein de l'ordre des carnivores, apparu entre 40 et 60 millions d'années avant le présent(131), le Renard Roux appartient à la famille des canidés, qui semble avoir divergé très tôt des autres carnivores (félidés, mustélidés)(132). Cette famille est très hétérogène, et ne compte pas moins de 34 genres différents(131). Elle comprend entre autres le loup, le chien domestique, le coyote, et diverses espèces de renards. Le genre Vulpes auquel appartient le Renard roux comprend 76 espèces, dont les deux tiers vivent quasi exclusivement dans les zones arides à semi-désertiques. Il comprend notamment le fennec, le Renard afghan, le Renard pâle, le Renard corsac et deux espèces de renard à grandes oreilles, Vulpes macrotis et Vulpes velox(133.)
Le Renard roux est décrit pour la première fois par Carl von Linné en 1758 sous l'appellation Canis vulpes(134 )qui désignait ainsi la sous-population européenne, le Renard roux d'Amérique étant décrit comme Vulpes fulva, avant qu'on ne regroupe les populations de ces deux continents au sein de la même espèce(134.)
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 172 autres membres