Saint-Bernard,chapitre,2 - handi-zen

www.handi-zen.com

handi-zen

Saint-Bernard,chapitre,2

783 appréciations
Hors-ligne

Le saint-bernard à poil court et le terre-neuve
En raison d'un risque de consanguinité, un croisement fut opéré entre le terre-neuve et le saint-bernard à poil court. De ce fait, la corpulence et les qualités du terre-neuve furent ajoutées au croisement, ce qui créa un saint-bernard plus gros et plus grand à poil long. Henry Schumacher (1831-1903) expose ces chiens remarquables à Paris et, en 1884, fonde le club suisse du saint-bernard[réf. souhaitée].
Il existe donc deux variétés de saint-bernard : l'une à poil long (fin du XIXe siècle), et une autre à poil court et double, moins répandue. Mais ces chiens, coûteux à instruire et à entretenir, sont progressivement remplacés par d'autres races plus communes comme le berger allemand, polyvalent et très utile aussi comme chien de secours en montagne[réf. souhaitée].
Apparence
Le saint-bernard est un chien ayant une grosse tête. Le représentant plus massif qui ait été enregistré présentait une hauteur de 107 cm, 89 cm au niveau des épaules, 2,59 m de long et pesait 100 kg. Le poids moyen de la race est entre 51 et 80 kg ou plus, et la hauteur approximative au garrot est de 70 à 90 cm.

Le manteau peut être lisse ou rugueux, avec un pelage lisse à l'extrémité du tronc. La fourrure ondulée est abondante, dense mais plate, et un peu plus fournie autour du cou et des pattes postérieures. Le pelage est typiquement de couleur rouge avec du blanc, ou parfois un brin acajou et - toujours - avec du blanc. Un ombrage noir se trouve généralement sur la face et les oreilles. La queue est longue, lourde et tombante, avec l'extrémité tournée vers le haut. Les yeux noirs sont munis d'auréoles, avec une « conjonctive peu visible ». Les yeux, généralement bruns, peuvent être bleus froids, presque blancs.


Santé
Le taux de croissance et la prise de poids d'un saint-bernard étant rapides, ces traits peuvent conduire à une dégradation grave des os, si le chien ne reçoit pas de nourriture appropriée ni d'exercice physique. Beaucoup de chiens sont génétiquement touchés par la dysplasie de la hanche ou la dysplasie du coude. Il a été démontré que l'ostéosarcome (cancer des os) était héréditaire dans cette race.
Ils sont sensibles aux troubles de la vue, tels l'entropion et l'ectropion, dans lequel la paupière se retourne en avant ou en arrière. Le standard de la race indique qu'il s'agit d'un défaut majeur. La race est également sensible aux crises d'épilepsie, à une maladie cardiaque appelée cardiomyopathie dilatée et à l'eczéma. En raison des problèmes de santé l'espérance de vie moyenne pour un saint-bernard est d'environ huit ans. Certains peuvent toutefois vivre au-delà de dix ans, mais cela est assez rare. Ces faiblesses sont attribuées par certains experts à une sélection trop intense afin d'obtenir les caractéristiques particulières de la race, un projet de recherche en génétique est à l'étude (recherche de financement en cours aux États-Unis) pour revenir plusieurs générations en arrière afin d'améliorer la santé de l'animal (7.) Cependant d'après certains les spécimens obtenus ne conserveraient pas nécessairement la même capacité au sauvetage, ni leur robe bicolore.


Caractère
Le saint-bernard est doux, comédien et très têtu. Attention : ce n'est pas une peluche, il peut aussi mordre très fort. Il est donc nécessaire de lui donner d'emblée une éducation stricte (comme à tous les chiens), de façon qu'il soit agréable à vivre au quotidien. Le saint-bernard n'est pas un chien pour débutants ; il tend à prendre beaucoup de place à la maison, et parfois à entrer en conflit. Par son instinct de chien de sauvetage, il aidera cependant sans hésitation toute personne en danger. Très attaché à son territoire, il constitue un excellent chien de garde. Il n'est pas agressif, sauf si l'on s'attaque à son maître. N'étant pas citadin, il a besoin de beaucoup d'espace.
Sauvetage et tonnelet autour du cou

Ancien saint-bernard sauveteur.
Le fameux tonnelet figurant dans les illustrations et présent dans l'imaginaire collectif a successivement été présenté comme une pratique locale en Suisse puis dénoncé vers la fin du XXe siècle comme étant une légende sans fondement issue d'illustrations du XIXe siècle qualifiées de farfelues du Val d'Anniviers, Valais. Mais grâce aux travaux de musées suisses (ex : Musée du Val d'Anniviers, Barryland - Musée et chiens du Saint-Bernard, Musée d'histoire naturelle de Berne, etc), les témoignages et surtout les objets recueillis ont tendance à confirmer la réalité de cette pratique. Une des explications qui a fait croire que le tonnelet du saint Bernard était une légende provient de la confusion entre le sauvetage des personnes emportées et enterrées dans les avalanches et le sauvetage de personnes égarées en montagne.
Dans le premier cas on ne trouve pour l'instant aucune preuve crédible que les chiens de sauvetage étaient affublé de cet équipement. En effet les recherches et le dégagement des personnes ensevelies ne se faisait qu'avec une équipe de secouristes de montagne. Le matériel était transporté à dos d'homme ou à l'aide de chevaux et d'ânes. L'eau de vie utilisée si besoin faisait partie de l'équipement emporté(8.)
Dans le second cas on utilisait fréquemment ( à partir du XVIIIe siècle selon certaines sources) en Suisse un chien (ex : saint-bernard mais aussi d'autres races) équipé du tonnelet. L'animal grâce à son odorat, sa rapidité et son agilité pouvait retrouver de lui-même et de façon autonome un promeneur égaré. Cette tactique était d'autant plus utilisée de nuit lorsque les recherches faites par les hommes devaient obligatoirement être stoppées avant de reprendre le lendemain(9.)


Une autre explication est la récupération sans contrôle et à outrance par les publicitaires et entreprises de l'image du saint-bernard pour vanter leur produit. Le saint-bernard et son tonnelet ont été représentés de façon fictive et imaginaire et souvent sans aucun respect de la véracité locale et historique. Cependant il n'a jamais été possible aux associations d'éleveurs de déposer le nom de la race et de le protéger, voire de le commercialiser pour leur propre compte selon les détracteurs des différents projets (période avant-guerre).
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres