www.handi-zen.com

handi-zen

Rat,chapitre,4

763 appréciations
Hors-ligne
Rats et humains
Considérés comme nuisibles

Rat brun dans un piège à trappe.

Chat capturant un rat blanc.
Qu’il s’agisse de l’une ou l’autre des espèces, les rats sont pour les hommes des propagateurs de maladies, notamment parmi les plus graves. Le rat intervient soit comme réservoir du microbe (bactérie ou virus ou parasite) qu'il héberge sans le transformer, soit comme hôte intermédiaire dans le cycle du parasite (qui va se transformer dans l'organisme du rat et y devenir infectieux pour l'homme). Il est alors infectieux soit par sa morsure, soit par ses déjections, ou par son sang prélevé et transmis à l'homme via un vecteur (insecte, tique). La maladie à laquelle on associe le plus le rat est, sans doute, la peste, qui est principalement propagée par le rat et transmise à l’homme par piqûres de puces d’animaux infectés(29.) Plus facilement véhiculée par le rat noir, elle s’est répandue dans le monde en de terribles épidémies au cours de l’Histoire(30,) on pense surtout au très connu épisode de peste noire du milieu du XIVe siècle. Néanmoins, la leptospirose, maladie bactérienne qui est parfois appelée la maladie du rat, est propagée par l'urine infectée du rat ou de la souris et semble presque toujours la source directe ou indirecte des infections humaines. D'autres maladies peuvent également être transmises par le rat comme la fièvre par morsure de rat (streptobacillose) (ou fièvre de Haverhill), le Sodoku qui en est une variante. Le rat est aussi le réservoir, unique ou non, de la méningite à éosinophiles, de la fièvre hémorragique d'Argentine, de la fièvre hémorragique vénézuélienne, de la douve de Chine, de la fièvre hémorragique coréenne, du typhus murin, et il est l'hôte intermédiaire de l'échinococcose alvéolaire(31)


Mais en plus de ce point de vue sanitaire, les rats sont des opportunistes et ils s’attaquent aux réserves alimentaires qu’ils dévorent et souillent de leurs déjections. Ils mettent en péril les récoltes dans certains pays tropicaux(32 )et peuvent causer des déséquilibres écologiques(33,)(34). Pour un grain dévoré par le rat brun, 10 à 15 grains sont souillés et rendus inconsommables.
De même, du fait de l'introduction du rat brun, du rat noir et du rat polynésien, dans 82 % des archipels mondiaux et au vu de leur caractère invasif, ils occasionnent de nombreux bouleversements dans les écosystèmes insulaires et contribuent également à l'éradication de certaines espèces animales(35)(,36,)(37.) Ces trois espèces de rats (Rattus exulans, Rattus norvegicus et surtout Rattus rattus) sont reconnues comme invasives, elles font partie des 100 espèces les plus invasives d’après l’UICN(38.) Ils peuvent devenir une menace pour l’équilibre écologique et les espèces locales, surtout lorsqu’ils colonisent une île(39.)
Pour éviter tous les problèmes apportés par les rats à l'état sauvage des campagnes de dératisation sont organisées par les autorités dans de nombreux pays. Elles visent à réduire les populations de rats et ainsi à diminuer le risque sanitaire(40.)
Depuis longtemps, l'homme essaye d'empêcher le rat de proliférer. Au fil du temps différentes méthodes ont été déployées. Dans les habitations, le chat ou certains chiens sont utilisés depuis toujours pour empêcher la prolifération de ces rongeurs. Dans l’Égypte ancienne, on se sert déjà des chats pour combattre les rats(41). Les Vénitiens ramenèrent d’Égypte et de Syrie des galères pleines de chats ratiers afin d’éradiquer les rats dans la lagune et par là même de combattre la peste(42.) Vers 1727, avec l’invasion massive du rat gris (surmulot ou rat d'égout), les chiens ratiers, comme le Affenpinscher, prennent la place des chats en Europe. Alors qu'au Moyen Âge, les massacres de chats n’ont fait qu’accélérer la propagation des rats noirs dont les puces étaient porteuses de la peste bubonique, les fonctionnaires municipaux de Londres ont répété la même erreur environ 300 ans plus tard(43.) De nos jours, on emploie surtout la mort aux rats, le gaz ou encore les pièges (plus écologiques et rapides), pour éliminer les indésirables(44.) Cependant, les rats sont dotés d'un odorat très développé qui leur permet d'éviter les pièges mis en place par les humains. Et ils communiquent avec des ultrasons, dont la fréquence est trop élevée pour être audible pour l'oreille humaine. Dès qu'ils sentent un danger, ils préviennent les autres rats.


Considérés comme utiles

Rat de laboratoire
Bien qu'ils n'étaient pas alors considérés comme utiles les rats étaient appréciés dans un jeu de sang. Les parieurs organisaient des combats de rats contre chiens(45.) Ce type de combat connut un grand succès par exemple en Angleterre au XIXe siècle quand les combats de chiens furent interdits en 1835(46.) Ainsi un chien nommé Billy devint célèbre en tuant cent rats en cinq minutes et demie. En France, ce type de combat, finalement jugé trop cruel, est interdit depuis 1987(47)(,48.)

Rat de Gambie détecteur de mine
D'un point de vue utilitaire, les rats ont joué et jouent encore un rôle dans l'alimentation humaine. Plusieurs espèces de rats sont mangées par les communautés rurales d'Asie du Sud-Est, d'Inde et d'Afrique(49,)(50). En Occident, le rat n'a souvent été mangé qu'en situation de guerre et de famine. Ainsi l'on sait que des rats et plusieurs autres espèces animales ont nourri les hommes pendant le siège de Paris en 1870-1871(51.)
Les rats des villes (Rattus norvegicus) jouent un rôle important dans le traitement des déchets humains. On estime généralement que sans eux, les égouts et canalisations des grandes villes seraient rapidement bouchés de manière irrémédiable. À Paris, ils dévorent près de 800 tonnes d'ordures par jour(52.)


Le rat domestique (Rattus norvegicus d’élevage) est très utilisé par les laboratoires pour divers tests et études. De même son intelligence y est fort appropriée pour faire des expériences sur le comportement. Sa petite taille, sa résistance et sa prolificité en font notamment un organisme modèle.
Ce rat apprivoisé a trouvé sa place parmi les nouveaux animaux de compagnie (NAC)(53). On trouve de plus en plus de matériel et d’aliments dédiés à cet animal. Il est apprécié pour son caractère, son agilité mais aussi son intelligence(53,)(54.)
En dehors du genre Rattus, les rats géants de Gambie, des muridés du genre Cricetomys, sont utilisés comme démineurs pour détecter les mines antipersonnel en Afrique, notamment au Mozambique(55.) Ils permettent de les détecter et ainsi de les éliminer de manière très efficace56. Les rats de Gambie ont un odorat puissant et sont curieux et agiles, ce qui explique l'intérêt qu'ils représentent pour cette tâche. D'autant plus qu'ils sont intelligents et apprennent très vite et il faut dire qu'ils ont un odorat plus puissant que celui d'un chien, qu'ils sont plus résistants mais aussi qu'ils sont plus petits et reviennent beaucoup moins chers(56,)(57.) Leur poids est un atout idéal puisque pesant moins de 1,5 kg, ils ne font pas exploser les mines(56,)(57.) Depuis peu ils sont également utilisés en Tanzanie et au Mozambique pour la détection de la tuberculose à partir d'expectorations (crachats), toujours en se servant de leur sensibilité olfactive et de leur capacité d'apprentissage : leur taux de détection (67 %) est supérieur à celui de laborantins étudiant des lames au microscope (48 %)(58 )et ils permettent d'éviter des examens en laboratoires longs (une semaine) et coûteux.
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 172 autres membres