www.handi-zen.com

handi-zen

Guerre 14-18,chapitre 23

838 appréciations
Hors-ligne

Colonies

Carte postale montrant l'armée française d'Afrique défilant à Amiens, France, en 1914 ou en 1915.
Article détaillé : Les colonies dans la Première Guerre mondiale.
Les colonies ont joué un rôle primordial pendant la Première Guerre mondiale, fournissant aux Alliés des soldats, de la main-d’œuvre et des matières premières. Ces ponctions et ces pertes humaines eurent un impact sur le continent africains(143.)
Empire français

Les troupes coloniales marocaines dans la seconde bataille de la Marne : « Attaque du 1er régiment de tirailleurs marocains, le 28 juin 1918, à 5 h 5 ».
Cent trente-quatre mille « tirailleurs sénégalais » (un corps de militaire constitué en 1857 par Napoléon III) sont mobilisés en renfort des troupes françaises, souvent en première ligne. De même, près de 270 000 Maghrébins sont mobilisés et environ 190 000 (dont 125 000 Algériens) viennent combattre en Europe(144.) En octobre 1915, un décret ordonne la mobilisation des Africains de plus de 18 ans. Un député sénégalais, Blaise Diagne, pense tenir là une opportunité pour les Africains de s'émanciper(145). Ces hommes viennent d’Afrique noire (Sénégal, Burkina Faso, Bénin, Mali et Niger), d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc et Mauritanie) et de Madagascar, de Chinej, d’Indochine, des Antilles et de Guyane. Au total, entre 550 000 et 600 000 sont mobilisés et près de 450 000 viennent combattre en Europe et en Orient(146,)(147). Les « indigènes » représentent ainsi 7 % des 8 410 000 mobilisés de l'armée française mais près de 15 % des effectifs combattants(148). Le nombre de tués est estimé à plus de 70 000 dont environ 36 000 Maghrébinsk et 30 000 « Sénégalais ». Les taux de pertes, calculés par rapport aux nombres de combattants réellement engagés soit 450 000, sont de 16 % au total, 19 % pour les Maghrébins et 23 % pour les « Sénégalais »(146)(,l.)


Concernant les faits d'armes accomplis par ces troupes, certains régiments figurent parmi les plus décorés de l'Armée française au terme de la guerre. Ainsi, sur les seize régiments de tirailleurs nord-africains(m) en activité au 31 août 1918, tous reçurent la fourragère, distinction récompensant au moins deux citations à l'ordre de l'armée ; sept reçurent la fourragère au couleurs de la Croix de Guerren, cinq la fourragère aux couleurs de la Médaille militaireo et quatre la fourragère aux couleurs de la Légion d’honneurp,q,(151,)(152,)(153.) Les Africains aussi, dans une moindre mesure, reçoivent des distinctions puisque le 43e bataillon de Tirailleurs sénégalais est cité quatre fois à l'ordre de l'Armée, dont une citation pour la prise du fort de Douaumont au sein du régiment d'infanterie coloniale du Maroc (RICM), et reçoit la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire(r. )


Empire britannique
L'Empire britannique mobilise environ 1 300 000 hommes dans les Dominions, qui serviront en priorité sur le front français, et un peu plus de 1 400 000 aux Indes (dont environ 870 000 soldats). La grande différence est que les soldats coloniaux français servirent sur les front européens, en France et dans les Balkans, alors que les Indiens servirent en très grande majorité au Moyen-Orient. Seul 12 % vinrent en France(154.) Les pertes indiennes sont estimées à 64 000 tués(155.)
En Égypte, le Khédive Abbas II Hilmi appelle les Égyptiens à lutter contre le Royaume-Uni, qui plaça l’Égypte sous son protectorat et remplaça Abbas par son oncle Hussein Kamal(156.)

Congo belge
Les troupes du Congo ont combattu pendant quatre ans à l'ouest de l'Afrique orientale allemande, tandis que les Anglais et les Portugais combattaient à l'est et au sud contre les troupes de von Lettow-Vorbeck, alors lieutenant-colonel (Oberstleutnant) commandant (Kommandeur). Les Belges ont amené des bateaux démontables sur le lac Tanganyika, mais aussi quatre hydravions. Leur apparition est une innovation dans une guerre africaine. En 1916, l'offensive belge provoque la défaite des Allemands d'abord sur le lac Tanganyika, ensuite lors de la prise de Tabora par les troupes du Congo belge sous les ordres du général Charles Tombeur. Dès lors, les Belges se maintiennent au Ruanda (qui deviendra Rwanda) et en Urundi (devenu Burundi) tout en combattant les Allemands plus à l'est, battant encore l'ennemi à Mahenge. À la fin de la guerre, ils administrent environ 50 000 km2 de l'ancien Est-Africain allemand, tandis que les Britanniques occupent le reste du territoire qui deviendra le Tanganyika Territory, avant de s'appeler Tanzanie en 1962.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 183 autres membres