www.handi-zen.com

handi-zen

Wapiti,chapitre,5

2227 appréciations
Hors-ligne

Introductions wapiti

Troupeau de wapitis de Roosevelt au parc national de Redwood.
La sous-espèce du wapiti des montagnes rocheuses a été réintroduite par des groupes de chasseurs dans la région des Appalaches dans l'Est des États-Unis, où le wapiti de l'Est, désormais disparu, vivait(23.) Plus tard, les wapitis ont été réintroduits dans les États américains du Kentucky, de la Caroline du Nord et du Tennessee, et ils firent des migrations dans les États voisins de la Virginie et de la Virginie-Occidentale, y établissant une population permanente(24.) Le wapiti a également été réintroduit dans un certain nombre d'autres d'États, dont la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin. À partir de 1989, les chiffres de la population du wapiti des montagnes Rocheuses ont été estimés à 782 500 individus, et le nombre estimé de toutes les sous-espèces en Amérique du Nord a dépassé le million(25.) Avant la colonisation européenne en Amérique du Nord, il y avait environ dix millions de wapitis sur le continent(17.) La population mondiale du wapiti, en comptant ceux en captivité et dans la nature, est d'environ deux millions.
En dehors de leur habitat, le wapiti et les autres espèces de cerf ont été introduits dans des zones qui avaient à l'origine peu ou pas de grands ongulés. Portés dans ces pays par la chasse et l'élevage (viande, cuir et velours), ils se sont révélés hautement adaptables et ont souvent eu un impact négatif sur les écosystèmes locaux(26. )
Le wapiti et le cerf élaphe ont été introduits en Argentine et au Chili au début du XXe siècle(27). Là, ils sont maintenant considérés comme une espèce invasive, empiétant sur les écosystèmes où ils sont en concurrence pour la nourriture avec les populations autochtones de huemul et d'autres herbivores(28.)
Cet impact négatif sur les espèces animales a conduit l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à identifier le wapiti comme l'un des cent pires « envahisseurs »(26)[à vérifier]. Les deux espèces ont également été introduites en Irlande et en Australie(29)(,30.)
L'introduction de cerfs en Nouvelle-Zélande a commencé dans le milieu du XIXe siècle, et leur population actuelle est essentiellement européenne (cerf élaphe) avec seulement 15 % de wapitis(31.) Ces cerfs ont eu un impact négatif sur la régénération de la forêt et de certaines espèces végétales, qu'ils consomment plus qu'il ne le faudrait et qui sont, de fait, remplacées par d'autres qui sont moins prisées du wapiti. L'impact à long terme sera une modification des types de plantes et d'arbres, et d'autres espèces animales et végétales qui en dépendent(32.) Comme au Chili et en Argentine, l'UICN a déclaré que les populations de cerfs élaphe et de wapitis en Nouvelle-Zélande sont une espèce invasive(26.) Il y a plus de 250 individus en captivité.


Comportement

Deux wapitis mâles luttant
Les wapitis adultes restent le plus souvent dans des troupeaux homogène d'un seul sexe. Au cours de la période d'accouplement, connue sous le nom de rut, les mâles matures entrent en concurrence pour obtenir les attentions des femelles et essayer de défendre les femelles de leur harem. Les mâles rivaux se défient par des oppositions physiques et par le brame. Les oppositions sont au début sans contact, deux mâles se faisant face et évaluant les bois et la puissance du rival. Si aucun mâle ne recule, ils s'engagent dans une lutte violente avec les bois, ce qui entraîne parfois de graves blessures. Les mâles creusent également des trous dans le sol, dans lesquels ils urinent et roulent leur corps, absorbant l'urine dans leurs poils et leur donnant donc une odeur qui attire les femelles(33)[réf. à confirmer]}.
Les mâles dominants suivent les groupes de femelles au cours du rut, du mois d'août au début de l'hiver. Un mâle va défendre son harem d'une vingtaine de femelles ou plus, selon la concurrence entre les mâles et la présence de prédateurs(34.) Seuls les mâles matures ont des harems et arrivent à se reproduire avec succès, normalement vers l'âge de huit ans. Les mâles de deux à quatre ans et ceux de plus de onze ans ont rarement des harems, et passent la plupart du rut autour des grands harems. Les mâles jeunes et moins jeunes qui acquièrent malgré tout un harem le font plus tard dans la saison de reproduction que les mâles dominants. Un mâle avec un harem se nourrit rarement et peut perdre jusqu'à 20 % de son poids. Les mâles qui entrent en rut en mauvais état sont moins susceptibles de tenir jusqu'à la période de pointe de reproduction et n'ont pas la force de survivre aux rigueurs de l'hiver qui arrive(33)[réf. à confirmer].





 
Les mâles ont une forte vocalisation composée de cris et connue sous le nom de « brame », qui peut être entendue à des kilomètres à la ronde. Ce brame est souvent associé à une adaptation aux environnements ouverts tels que les parcs, les prairies et les savanes, où le son peut se propager sur de grandes distances. Les femelles sont plus attirées par les mâles qui brament souvent et ceux qui ont le brame le plus fort(35). Le brame est plus fréquent au début et en fin de journée. C'est l'un des sons les plus distinctifs de la nature, semblable au hurlement du loup.


Cycle de vie et gestation

Femelle allaitant un jeune wapiti.
Les wapitis femelles ont un cycle d'œstrus de seulement un jour ou deux et les accouplements sont généralement d'une douzaine de tentatives ou plus. À l'automne de leur deuxième année, la femelle peut donner naissance à un petit et, très rarement, à deux, bien que la reproduction soit plus fréquente lorsque les femelles pèsent au moins 200 kg(36.)
La période de gestation est de 240 à 262 jours et la progéniture pèse entre 15 et 16 kg. Lorsque les femelles sont proches de mettre bas, elles ont tendance à s'isoler du troupeau principal, et resteront isolées jusqu'à ce que le petit soit assez grand pour échapper à des prédateurs(37.)Source insuffisante  Les petits naissent tachetés et perdent leurs taches avant la fin de l'été, sauf pour le wapiti Manchurian qui peut conserver quelques taches orange sur le dos de son manteau jusqu'à ce qu'il devienne plus âgé.
Après deux semaines, les petits sont en mesure de rejoindre le troupeau et sont totalement sevrés à deux mois(38). Ils pèsent autant qu'un cerf de Virginie adulte vers six mois(39) et restent avec leur mère pendant près d'un an, ce qui laisse à peu près le temps qu'il faut pour que naissent les petits de la prochaine saison(35.) La période de gestation est la même pour toutes les sous-espèces.
Le wapiti peut vivre vingt ans ou plus en captivité, mais en moyenne seulement dix à treize ans dans la nature. Pour certaines sous-espèces qui souffrent moins de la prédation, ils peuvent vivre en moyenne quinze ans dans la nature(40.)
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres