www.handi-zen.com

handi-zen

Tétras des prairies,chapitre,2

2227 appréciations
Hors-ligne

Chant
Pendant la saison de reproduction, le mâle émet un cri qui ressemble au son produit lorsqu’on souffle dans une bouteille vide. Ces cris sont assez puissants et peuvent s’entendre à plus de 4 km lorsque les conditions le permettent.
Territorialité
Le mâle défend un territoire sur des aires de parades pendant la saison de reproduction. Environ une dizaine de mâles composent l’aire de parade qui est habituellement située sur un endroit élevé – une petite colline – et dépourvue de végétation. Les territoires ont en moyenne 518 m2. Les mâles dominants défendent des territoires plus grands et sont situés plus près du centre de l’aire. L’activité à l’aire de parade s’étend de janvier à juin, mais est à son maximum en avril.


Nidification
L’habitat de nidification est une prairie caractérisée par une végétation dense de 25 à 70 cm de haut. Le nid est une coupe au sol de 7 cm de profondeur et 18 cm de diamètre et tapissé de matière végétale de plumes. La couvée contient entre 5 et 17 œufs et est incubée de 23 à 25 jours par la femelle seule.
Mortalité
Les prédateurs potentiels, autant des adultes et que des immatures, sont nombreux : la Buse pattue, la Buse à queue rousse, la Buse rouilleuse, la Petite Buse, le Busard Saint-Martin, l’Autour des palombes, la Pygargue à tête blanche, l’Aigle royal, la Crécerelle d'Amérique, le Faucon gerfaut, le Faucon pèlerin, le Faucon des prairies, le Harfang des neiges, le Grand-duc d'Amérique, le Hibou des marais, le Vison d'Amérique, l’Hermine, le Blaireau américain, le Renard roux, le Renard gris, le Loup rouge, le Coyote, les chiens et les chats.
Les œufs peuvent être victimes des fourmis (Solenopsis), des serpents, du Grand-duc d’Amérique, de la Corneille d'Amérique, du Sarigue à oreilles noires, des spermophiles, du Vison d'Amérique, de l’Hermine, du Blaireau américain, du Raton laveur, du Loup rouge, du Renard roux, du Coyote et du Sanglier
À partir des années 1950, la population du Wisconsin a également été frappée par l'appauvrissement génétique, ce qui a nécessité la relocalisation d'individus en provenance d'autres états (Minnesota, Kansas, Nebraska) entre 1992 et 1998, et avec de bons résultats sur les effectifs(1.)


Distribution géographique
Le Tétras cupidon se retrouve principalement dans le Midwest américain. Une très faible population occupe le sud-est du Texas, mais la survie de cette population n’est pas assurée. La distribution de cette espèce s’est beaucoup réduite depuis la colonisation principalement dû à la conversion de son habitat en terres agricoles. Cette espèce était autrefois un oiseau reproducteur abondant dans les habitats de prairie de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario. De nouvelles preuves génétiques indiquent que l’espèce était indigène du Canada pour les 9000 dernières années et n’a pas colonisé l’habitat des prairies lors de la colonisation européenne comme on le pensait auparavant.
Habitat

Une prairie dans le Sand Lake National Wildlife Refuge (Dakota du Sud) où est parfois observé le Tétras cupidon
Le Tétras cupidon occupe l’ouest des prairies d’Amérique du Nord. Historiquement, il occupait également les habitats mixtes de prairie et de chênes. La sous-espèce attwateri occupait les plaines côtières sablonneuses et les associations de savanes et de chênes. La sous-espèce cupido habitat les associations de Quercus ilicifolia et de prairie ainsi que les milieux colonisés par les herbacées et les éricacées à la suite d'un feu de forêt. Il est possible que les Amérindiens aient pu contribuer à l’établissement de cette sous-espèce dans l’est du continent par les éclaircies qu’ils créaient par le feu dans les forêts.
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres