www.handi-zen.com

handi-zen

Raie manta,genre,chapitre,2

840 appréciations
Hors-ligne

Manta (genre)
Pour les articles homonymes, voir Manta.
Manta

Raie manta (Manta birostris).
Classification
Règne
Animalia
Embranchement
Chordata
Sous-embr.
Vertebrata
Classe
Chondrichthyes
Sous-classe
Elasmobranchii
Super-ordre
Euselachii
Ordre
Rajiformes selon ADW & FishBase
Myliobatiformes selon ITIS
Famille
Myliobatidae selon ADW & FishBase
Mobulidae selon ITIS
Genre
Manta
Bancroft, 1829


Manta est un genre de grandes raies qui comporte deux espèces. La plus grande, M. birostris, atteint 7 m de large tandis que la plus petite, M. alfredi, atteint 5,5 m. Les raies de ce genre se caractérisent par des nageoires pectorales triangulaires, des nageoires céphaliques qui font penser à des cornes et une grande gueule orientée vers l’avant du corps. Elles sont classées parmi les Elasmobranchii (qui regroupent les requins et les raies), au sein de la famille des Myliobatidae.
Les raies mantas vivent dans les eaux tempérées, subtropicales et tropicales. Elles sont pélagiques ; M. birostris migre à travers les eaux libres des océans, seule ou en groupe, tandis que M. alfredi vit plus près des côtes et peut rester toute l'année sur un même site. Ce sont des suspensivores et elles ingèrent de grandes quantités de zooplancton, qu’elles avalent avec leur large gueule ouverte lorsqu’elles nagent. La gestation dure plus d’un an, et la raie donne naissance à des nourrissons vivants. Les raies mantas peuvent se rendre dans des stations de nettoyage pour se débarrasser de leurs parasites. Comme les baleines, elles sautent parfois hors de l'eau, pour des raisons inconnues.
L’ensemble des espèces de raies mantas sont classées comme vulnérables par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Parmi les menaces liées à l’Homme on recense la pollution, l’étouffement d’animaux dans les filets de pêche, et leur pêche, notamment pour leurs branchiospines utilisées par la médecine chinoise. Leur taux de reproduction lent exacerbe l'impact de ces menaces. Elles sont protégées dans les eaux internationales par la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, mais sont plus vulnérables aux abords des côtes. Les zones où les raies mantas se regroupent en nombre attirent les touristes. Seuls quelques aquariums sont suffisamment grands pour abriter ces animaux. En règle générale, ils sont difficiles à étudier dans leur milieu car relativement rarement observés.


Description
Morphologie générale

M. alfredi avec les nageoires céphaliques enroulées (Yap, Micronésie).
Les deux espèces de raies mantas diffèrent par leur coloration, leurs denticules dermiques et leur dentition. M. birostris a des marques plus angulaires sur les épaules, des marques ventrales plus grandes sur la partie abdominale, de grandes lignes couleur charbon sous les nageoires pectorales et une gueule plus sombre. Les marques aux épaules de M. alfredi sont plus arrondies, ses marques ventrales sont situées près de son extrémité postérieure et entre les branchies, et la gueule est de couleur blanche ou pâle. Les denticules ont de multiples cuspides et se superposent chez M. birostris, tandis que celles de M. alfredi sont plus espacées et sans cuspide. Les deux espèces ont de petites dents carrées sur la mâchoire inférieure dont la fonction exacte demeure méconnue4, et M. birostris a également des dents élargies sur la mâchoire supérieure. À la différence de M. alfredi, M. birostris a une petite épine caudale dans une masse ossifiée située à la base de sa nageoire caudale(9,)(7. )
Les raies mantas se déplacent grâce aux mouvements simultanés de leurs nageoires pectorales, semblables à des ailes qui propulsent l’eau vers l’arrière. Leur grande gueule est rectangulaire, dirigée vers l’avant du corps, contrairement à la plupart des espèces de raies qui ont la gueule orientée vers le dessous du corps. Les spiracles typiques des raies sont vestigiaux ; elles doivent nager continuellement pour permettre à l’eau oxygénée de passer à travers leurs branchies(8:)(2)(–3.) Les nageoires céphaliques sont deux fois plus longues que larges(2). Elles sont enroulées en spirale lorsque l'animal nage, pour une meilleure pénétration dans l'eau(2,) mais sont déroulées lorsque l’animal se nourrit. Les arcs branchiaux ont des bandes de tissu spongieux brun-rosâtre qui collectent les particules de nourriture(1.) Les raies mantas repèrent leurs proies en utilisant leur vue et leur odorat(10). Elles ont un des plus grands rapports cerveau/corps (brain-to-body mass ratios) de tous les poissons(11.) Leur cerveau a un rete mirabile qui pourrait servir à réguler la température interne(12.) M. alfredi a été observé plongeant à plus de 400 m de profondeur(13,) tandis que son apparenté Mobula tarapacana, qui a une structure de cerveau similaire, atteint presque 2 000 m(14.) Le rete mirabile sert probablement à éviter à leur cerveau de trop se refroidir en plongée profonde(15.)
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 183 autres membres