www.handi-zen.com

handi-zen

Percheron,cheval,chapitre,5

761 appréciations
Hors-ligne

Dans les îles Britanniques
À la fin du XIXe siècle, les Percherons commencent aussi à être exportés des États-Unis vers la Grande-Bretagne, où ils sont employés à la traction de bus hippomobiles dans les grandes villes(54.) Ils assurent la traction des omnibus de Londres dans les années 1890(16,) et vont jusqu'à concurrencer les pourtant réputés chevaux de trait britanniques sur leurs terres natales(37.) Les premiers Percherons importés incluent quelques animaux issus des centaines de croisements effectués aux États-Unis. La plupart des chevaux d'Angleterre, une fois leur carrière dans la traction des bus achevée, sont revendus aux fermiers. D'autres chevaux importés sont revendus à la British Army, dans les années 1900, 325 chevaux sont envoyés en Afrique du Sud pour soutenir la guerre des Boers(54. )


En 1910, le nombre de chevaux enregistrés en France est d'au moins 32 000. Entre 1880 et 1920, les éleveurs français exportent leurs animaux partout dans le monde, y compris en Afrique du Sud, en Amérique du Sud, en Australie et en Amérique du Nord(26,) le Percheron devient ainsi le premier cheval de trait à gagner l'Australie(63). L'exportation des Percherons depuis leur berceau d'élevage est si florissante qu'une ligne commerciale est créée entre Nogent-le-Rotrou, le Havre et les États-Unis64. En 1911, le stud-book français de la race est fermé aux chevaux dont les parents ne sont pas eux-mêmes enregistrés(65)à. En raison de la campagne de promotion pour l'hippophagie menée en France depuis la fin du XIXe siècle, il n'est pas rare qu'un Percheron de travail réformé soit vendu à la boucherie(66).
Les britanniques utilisent énormément le percheron durant la Première Guerre mondiale. Au début de l'année 1916, plus de 400 Percherons de pure race sont importés depuis la France pour l'usage militaire, ce qui forme la première importation britannique en race pure. Son peu de fanons au bas des jambes le rend plus simple à entretenir après les passages dans des environnements boueux, fréquents en temps de guerre. Leur trot rapide sur les routes pavées les rend plus polyvalent que les véhicules motorisés, et ils sont très utiles pour travailler même sous les détonations des fusils aux côtés des unités, en raison de leur tempérament calme. Les Britanniques soignent leurs chevaux de leur mieux, avec autant d'attention que pour les hommes(54. )
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres