www.handi-zen.com

handi-zen

Ornithorynque,chapitre,6

653 appréciations
Hors-ligne

3.1. Échidné à nez court (Tachyglossus aculeatus)
Identification : d'allure, l'échidné tient du hérisson et du porc-épic. Long de 45 à 60 cm, dont 8,5 à 9 cm pour la queue, il pèse entre 2,5 et 6,5 kg. Le pelage, fait de poils et de piquants mêlés, est plus fourni chez les animaux de Nouvelle-Guinée et de Tasmanie que chez ceux d'Australie. Solides et pointus, les piquants constituent une protection efficace contre les ennemis potentiels. La couleur générale du pelage de l'animal est brune à noirâtre, la pointe des piquants pouvant être plus claire. Le dessous du corps, dépourvu de piquants, est plus pâle. Le nez, tubulaire, représente environ 18 % de la longueur totale du corps. Les narines et la bouche s'ouvrent à son extrémité. L'orifice buccal, très étroit, permet juste le passage de la longue langue filiforme. Les pieds des pattes postérieures sont rejetés sur le côté. En marchant, l'animal ne prend pas appui sur la paume de son pied, mais sur un côté de la cheville. L'ouïe et l'odorat sont excellents, mais la vue semble faible.
Répartition : l'espèce fait preuve de grandes capacités d'adaptation, supportant aussi vaillamment la neige que les sables brûlants ; elle est ainsi présente dans les montagnes de Nouvelle-Guinée, les déserts du centre de l'Australie et en Tasmanie.
Alimentation : essentiellement des fourmis et des termites qui sont abondantes presque partout, toute l'année. Pour les atteindre, l'échidné à bec court dispose de fortes griffes aux pattes antérieures, qui lui permettent de percer la paroi des termitières les plus solides.
L'espèce repère probablement ses proies à l'odorat. Lorsque les termites ou les fourmis sont localisées, l'animal les capture au moyen de sa longue langue. Celle-ci peut sortir de 18 cm de la bouche. Elle est recouverte des sécrétions de glandes salivaires très développées qui doivent aider à la saisie des insectes.
Comme de nombreux autres mammifères mangeurs de fourmis, l'échidné ne possède pas de dents. Les papilles cornées qu'il a sur le dessus et l'extrémité de la langue ainsi que sur le palais suffisent à broyer ses proies.
En août-septembre, l'échidné s'attaque de façon très nette à une fourmi bien particulière, l'Iridomyrmex detectus, dont les colonies sont défendues, en permanence, par des soldats agressifs, mais dont les femelles, à cette époque, sont particulièrement nombreuses et riches en matière grasse. Le reste de l'année, l'échidné évite soigneusement les fourmilières de l'Iridomyrmex detectus.
Comportement : quand la nourriture ne manque pas, un animal peut vivre sur 50 hectares, mais il accepte de partager ce domaine vital avec d'autres. L'échidné peut être actif à différents moments de la journée, plutôt la nuit quand il fait chaud, et le jour, en hiver. Quand la température baisse beaucoup, il peut présenter des phases de torpeur, mais il n'hiberne pas. C'est un excellent fouisseur, qui, s'il est surpris en plein champ, creuse directement sous lui pour s'enterrer sur place.
L'animal sait aussi nager, ce qui explique la vaste répartition de l'espèce.
Reproduction : entre juin et août en Australie, les femelles peuvent être en chaleur et attirer les mâles par une sécrétion cloacale. On a déjà observé une femelle suivie par 5 mâles, mais les comportements sont rarement agressifs. Il existe un vestige d'éperon venimeux chez les mâles, mais non fonctionnel. Avant la ponte, une poche incubatrice se forme sur le ventre de la femelle, englobant les glandes mammaires. La gestation varie de 14 jours à un mois selon les auteurs. La femelle se couche sur le dos pour déposer l'œuf, normalement unique, dans la poche, où l'éclosion survient au bout de 10 jours.
Le jeune échidné est allaité par sa mère jusqu'au sevrage qui n'intervient qu'au bout de 6 mois ; il reste dans la poche maternelle tant que ses piquants n'ont pas commencé à pointer. Il sera complètement indépendant à l'âge de un an et ira alors occuper son propre domaine vital.
Statut : préoccupation mineure.


3.2. Échidnés à nez long (Zaglossus bruijni, Zaglossus bartoni, Zaglossus attenboroughi)
Identification : plus grands que le précédent, jusqu'à 1 m de long, pour un poids de 5 à 10 kg. Pelage assez pauvre en piquants, mais riche et dense en poils. Les piquants sont souvent cachés dans la fourrure, sauf sur les flancs, où ils sont plus épais et plus longs. Le bec est très long et légèrement incurvé vers le bas.
Répartition : île de Nouvelle-Guinée ; en altitude, entre 1 300 et 4 000 m. Il est possible qu'il ait disparu près de la mer à cause d'une pression humaine trop forte.Alimentation : le régime alimentaire se compose surtout d'invertébrés, en particulier de vers de terre, mais les insectes ne semblent pas fréquents. Comme son bec est effilé et cylindrique, l'animal doit repérer une des extrémités du ver de terre, avant de saisir celui-ci avec des épines qui bordent l'extrémité de sa langue, puis de l'avaler, dans le sens de la longueur.
Reproduction : encore très mal connue. On sait seulement qu'il pond un, ou des œufs, dans une poche incubatrice, puis allaite ses petits.
Statut : les trois espèces sont en danger critique d'extinction.
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 159 autres membres