www.handi-zen.com

handi-zen

Guerres Napoléoniènes,chapitre,3

828 appréciations
Hors-ligne

Guerres de la Révolution française (1792–1802)
Articles détaillés : Guerres de la Révolution française, Première Coalition et Deuxième Coalition.
Après une première tentative d’écraser la Révolution française par une coalition (1792-1797) (qui regroupe l’Autriche, la Prusse, l’Espagne, la Grande-Bretagne et plusieurs petits pays), coalition vaincue par la mobilisation générale française (levée en masse, réforme militaire de Lazare Carnot et guerre totale), la France victorieuse avait annexé la Rhénanie et les Pays-Bas espagnols. La conquête des Provinces-Unies (qui déclarent la guerre à la France en 1793) et leur transformation en République batave (19 janvier 1795, reconnue par le traité de la Haye quatre mois plus tard), avait précédé l’abandon de la Prusse, puis de l’Espagne, la même année. Enfin, la victorieuse campagne de Bonaparte en Italie (1796-97) détache tout d’abord le Piémont de la coalition, puis les États pontificaux, et enfin oblige l’Autriche à signer le traité de Campo-Formio.
La Grande-Bretagne, dernière puissance encore en guerre contre la France, finance une Deuxième Coalition avec l’Autriche, la Prusse, la Russie, le Portugal, le royaume de Naples, le pape et l’Empire ottoman. Le gouvernement corrompu et instable de la France (voir Directoire) ne peut ni faire face aux coups d’État, ni à la menace extérieure, privé de ministre comme Carnot ou de général comme Bonaparte, parti en Égypte. Les armées françaises sont battues, notamment par le général russe Souvorov.
Napoléon Bonaparte quitte l’Égypte, où il laisse la conduite de l’armée à Kléber, et prend le pouvoir par le coup d'État du 18 brumaire (9 novembre 1799). La menace la plus pressante est alors la double offensive autrichienne en Allemagne et en Italie. Le premier Consul organise une armée dite « de réserve », avec laquelle il traverse les Alpes et remporte le 18 juin 1800 la bataille de Marengo, complétée le 3 décembre par la victoire de Moreau sur les Autrichiens à Hohenlinden. La paix est alors signée au traité de Lunéville et seule reste en guerre contre la France la Grande-Bretagne, dont la flotte est reine des mers, après une victoire contre une escadre espagnole, espagnols étant à ce moment alliés des français, au cap Saint-Vincent, puis la destruction de la flotte française à Aboukir (1er août 1798). Elle menace les Antilles françaises, et ses fonds suffisent à unir les puissances continentales contre la France. De même, l’armée autrichienne, malgré les nombreuses défaites, continue d’être une menace.


La Paix d’Amiens
Le traité d'Amiens (1802) établit la paix entre la France et le Royaume-Uni (la Grande-Bretagne est unie en 1801 à l'Irlande pour devenir le Royaume-Uni), et met fin à la Deuxième Coalition. Cette paix n’est pas considérée comme durable, aucune des deux parties n’étant satisfaite. Le 18 mai 1803, les hostilités reprennent, mais l’objet du conflit passe du rétablissement de la monarchie en France à la lutte contre Bonaparte, qui est proclamé Empereur le 18 mai 1804 et couronné le 2 décembre.
Guerre maritime
Article détaillé : Guerre des canonnières.
Celle-ci continue sans interruption : le Danemark et la Norvège, initialement neutres, s’enrichissent dans le commerce grâce à la guerre, et mettent sur pied une flotte. Après une démonstration de force (bombardement de Copenhague en 1801), la flotte britannique capture la plus grande partie de la flotte danoise lors de la seconde bataille de Copenhague en (1807). Le Danemark sort alors de sa neutralité, et se livre à une guerre de course, où de petites canonnières n’hésitent pas à attaquer des navires britanniques bien plus grands. La Guerre des canonnières prend fin avec la victoire britannique à Lyngør (en), où est coulé le dernier navire de guerre danois, une frégate.
Lors de la reprise des hostilités, en 1805, le Royaume-Uni s’assure la maîtrise des mers par son écrasante victoire sur la flotte franco-espagnole à Trafalgar (21 octobre 1805).
Les combats navals continuent cependant. Un affrontement naval aux Caraïbes a un effet direct et immédiat sur le cours de la guerre, puisqu’il pousse Napoléon à se tourner vers le continent.


L’influence d’affrontements très éloignés les uns des autres est une caractéristique de ces guerres : des batailles livrées à des milliers de kilomètres influencent le résultat les unes des autres, au point où l’on peut qualifier les guerres napoléoniennes de guerre mondiale. Seule la guerre de Sept Ans a eu ce caractère de guerre mondiale auparavant.
Guerre de la Troisième Coalition (1805)
Article détaillé : Troisième Coalition.
Le 11 avril 1805, le Royaume-Uni et la Russie concluent un traité visant à expulser la France de Hollande et de Suisse. Après l’annexion de Genève et la proclamation de Napoléon comme roi d’Italie, l’Autriche rejoint la coalition. Le 9 août 1805, le royaume de Naples et la Suède rejoignent la Troisième Coalition formée contre la France.
Napoléon prépare au camp de Boulogne l’invasion des Îles britanniques, invasion qui demande la maîtrise de la Manche. Il élabore un plan compliqué pour éloigner la flotte britannique vers ses possessions des Indes occidentales. L’Autriche envahit la Bavière avec une armée de 70 000 hommes commandée par Mack. Napoléon repousse le débarquement à plus tard, et se tourne contre ses ennemis du continent. Fin juillet, la Grande Armée se rue en « sept torrents » sur l’Autriche. Au siège puis à la bataille d'Ulm (du 25 septembre au 20 octobre), Napoléon vainc Mack par une brillante manœuvre d’encerclement, le forçant à s’enfermer dans la ville puis à se rendre, sans que l’armée française ne subisse de pertes importantes. Avec l’armée autrichienne au nord des Alpes vaincue et, au sud des Alpes, l’armée sous le commandement de l’archiduc Charles qui affronte Masséna sans résultats concluants, Napoléon occupe Vienne. Mais l’amiral Villeneuve est défait à la bataille du cap Finisterre et s’enferme à Cadix, avec la flotte franco-espagnole. Cette flotte est à nouveau vaincue à Trafalgar le 21 octobre, bataille décisive qui met fin aux projets d’invasion du Royaume-Uni. Napoléon se retourne alors contre l'Autriche.
Malgré des lignes de ravitaillement très allongées, Napoléon bat encore une armée austro-russe supérieure en nombre commandée par Mikhaïl Koutouzov, et les empereurs François II et Alexandre Ier de Russie à la bataille d'Austerlitz, le 2 décembre, Napoléon détruit l’armée combinée de l’Autriche et de la Russie dans ce qui est considéré comme sa plus grande victoire. Ses adversaires perdent plus de 25 000 hommes, contre moins de 7 000 pour l’armée française. L’Autriche signe le traité de Presbourg : elle abandonne la coalition, qui est dissoute, et cède Venise au royaume d'Italie (dont Napoléon porte la couronne) et le Tyrol à la Bavière.
Le retrait de l’Autriche provoque une pause dans la guerre. L’armée napoléonienne compte un nombre de victoires impressionnant, mais l’armée russe est à peine entamée.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 181 autres membres