www.handi-zen.com

handi-zen

Guerre 14-18,chapitre 27

851 appréciations
Hors-ligne

Déplacements de populations

Exode de paysans russes
Article détaillé : Réfugiés de la Première Guerre mondiale.
La Grande guerre entraîne des mouvements de population contraints, déplacements imposés par les autorités militaires ou fuite devant les exactions des armées, d'une ampleur sans précédent portant, au total, sur plus de 12 millions de réfugiés, en Europe occidentale (Belgique et régions du Nord et de l'Est de la France) et plus massivement en Russie, dans les Balkans. Les déplacements de frontières, la formation de nouveaux États à la fin de la guerre ont pour conséquence d'autres migrations, particulièrement en Europe centrale et orientale.
Génocide, occupation, déportations et atrocités
Articles détaillés : Génocide arménien, Massacre des Assyriens, Génocide grec pontique, Atrocités allemandes et Massacre de Tamines.


Arméniens abattus vers 1918 pendant le génocide arménien qui a fait plus d'un million de victimes.
La Première Guerre mondiale est aussi le premier conflit à entraîner une entreprise d’extermination et de déportation planifiées par un État de tout un peuple constituant une minorité, sous prétexte de sédition : le génocide arménien commence le 24 avril 1915 avec l'arrestation et la déportation de 600 intellectuels arméniens(191 )et continue à partir du 30 mai par la déportation d'une grande partie de la population arménienne par le gouvernement jeune-turc de l’Empire ottoman pour qui, officiellement, il ne s'agit que d'un transfert de la population arménienne loin du front. C'est principalement entre avril 1915 et juillet 1916 qu'entre 800 000 et 1 500 000 Arméniens sont massacrés, soit une grande majorité de la population arménienne ottomane. Dans le même temps, 275 000 chrétiens Assyriens(192 )sont massacrés dans l'Est de l'Empire ottoman, selon la même optique d'épuration ethnique.


Monument érigé à Tamines (Belgique), rappel du massacre de Tamines.
L'Empire ottoman perpètre un autre génocide pendant et après la Première Guerre mondiale, celui des Grecs pontiques. De 1916 à 1923, le massacre fait près de 360 000 victimes(193.) La reconnaissance du génocide arménien pose encore problème au XXIe siècle, bien qu'il soit reconnu comme tel par un certain nombre de pays, dont la France. Le génocide des Grecs pontiques rencontre lui aussi une reconnaissance très limitée, tout comme le massacre des Assyriens.
Pendant le conflit, des massacres surviennent également dans certains pays, en particulier en Belgique, où l'armée allemande commet des atrocités envers la population civile. Le mythe du franc-tireur de la guerre de 1870 fait vite son apparition(194) et en représailles, les troupes allemandes vont se livrer à la déportation, ainsi qu'à l'exécution d'un grand nombre de civils, aussi bien en Belgique que dans le nord de la France. L'occupation de ces régions est très dure pour les populations, qui doivent fournir dans un premier temps les vivres nécessaires aux troupes d'occupation(195.)
De nombreux civils sont réquisitionnés pour des travaux forcés et beaucoup d'entre eux sont également faits prisonniers puis déportés en Allemagne comme 1 500 habitants d'Amiens qui sont envoyés dans des camps de travail(196.) Certains vont rester prisonniers jusqu’en 1918(196.)
L'occupation et les déportations sont accompagnées de nombreuses destructions et d'exécutions, dont la plupart se déroulent sur le territoire belge. À Tamines, le 22 août 1914, ce sont 422 personnes qui sont exécutées197, à Haybes, ville détruite, 61 civils sont tués(194) et à Dinant, ce sont 674 civils qui sont passés par les armes(198.) À Louvain, les troupes allemandes fusillent 29 personnes et mettent le feu à la ville, détruisant la bibliothèque de l'université et des milliers de livres anciens, désastre irréparable(199. )La Belgique et la France ne sont pas les seuls pays à être touchés. La ville de Kalisz en Pologne est bombardée et incendiée par les Allemands en août 1914, des civils sont tués. Dans les ruines de la ville dévastée, dont la majeure partie de la population est partie en exode, il ne reste plus que 5 000 habitants alors qu'elle en comptait 65 000 avant guerre(200.)


Hommages aux soldats

Tombe du soldat inconnu à Canberra, Australie.
Articles détaillés : Devoir de mémoire, Monument aux morts et Lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale.
Dans l'immédiat après-guerre fleurissent en Belgique, en France, en Italie et en Allemagne des monuments aux morts pour rendre hommage aux nombreux soldats tombés au champ d'honneur.
En France, on compte environ 36 000 monuments(201,) présents dans tous les villages et communes. Certains villages ont perdu 50 % de leurs hommes et certaines familles tous leurs fils. Au-delà des hommes, la France a aussi perdu des dizaines de milliers d'entreprises et fermes, leurs pilotes, cadres ou dirigeants ayant disparu.

Trois tombes de soldats français à la nécropole nationale de Chambry.
En Allemagne, ce sont les communes et les églises qui organisent le plus souvent la construction des monuments. Ces derniers consistent le plus souvent en une liste des soldats tombés et rares sont les monuments qui arborent des symboles nationaux auxquels on préfère la feuille de chêne, la croix de fer ou une symbolique christique, l'Allemagne ayant perdu la guerre et l'Empire ayant disparu.
Les soldats des différentes nations reposent dans des cimetières et des nécropoles, comme l'Ossuaire de Douaumont. Différentes associations s'occupent des tombes et de la mémoire des soldats. Pour la France, le Souvenir français, pour l'Allemagne le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge qui s'occupe en France de 192 lieux de mémoire, pour l'Autriche l'Österreichisches Schwarzes Kreuz, pour le Royaume-Uni et les pays du Commonwealth la Commonwealth War Graves Commission et pour les États-Unis l'American Battle Monuments Commission. Dans les différents pays, le culte du soldat inconnu est mis en place.
Ce devoir de mémoire se manifeste particulièrement pour le centenaire de la Première Guerre mondiale. En 2012, est créé par le gouvernement français la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, groupement d'intérêt public présidé par Antoine Prost dans la perspective de préparer et mettre en œuvre le programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale(202.)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres