www.handi-zen.com

handi-zen

Poisson -,chapitre,4

734 appréciations
Hors-ligne

Mutualisme

Le troisième partenaire de cette association complexe sont les zooxanthelles. Ce sont des algues brunes unicellulaires et microscopiques du groupe des Dinoflagellés. Elles sont présentes dans l'endoderme des tentacules de l'anémone et du disque oral(30). La présence des poissons-s profite aux algues par le rejet de nutriments — ammoniac et phosphates — qui favorisent leur croissance(31)(,32). La protection qu'il apporte contre les prédateurs permet indirectement une meilleure photosynthèse pour l'algue. L'anémone Entacmaea quadricolor par exemple, est capable de sentir la présence et le nombre de poissons-s dans ses tentacules et d'adapter leur contraction. Cela lui permet d'exposer plus de zooxanthelles endosymbiotiques à la lumière ou au contraire se contracter pour se protéger des prédateurs en l'absence de poisson hôte(31.)
Les poissons-s s'associent avec 10 espèces d'anémones de mer(33.) Ces espèces n'ont pas de lien taxinomique, elles se répartissent dans trois familles et cinq genres(N 2,)(34.) Les espèces qui appartiennent à la famille des Stichodactylidés dans les genres Heteractis et Stichodactyla sont des partenaires fréquents des poissons-s(34.)


Les 10 espèces d'anémones de mer s'associant avec des poissons-s sont(35 ):
Cryptodendrum adhaesivum Klunzinger, 1877 — Anémone adhésive
Entacmaea quadricolor Rüppell & Leuckart, 1828 — Anémone à bouts renflés
Heteractis aurora (Quoy & Gaimard, 1833) — Anémone collier de perles
Heteractis crispa (Hemprich & Ehrenberg in Ehrenberg, 1834) — Anémone-cuir
Heteractis magnifica (Quoy et Gaimard, 1833) — Anémone magnifique
Heteractis malu (Haddon & Shackleton, 1893) — Anémone délicate
Macrodactyla doreensis (Quoy & Gaimard, 1833) — Anémone tire-bouchon
Stichodactyla gigantea (Forskål, 1775) — Anémone carpette
Stichodactyla haddoni (Saville-Kent, 1893) — Anémone de Haddon
Stichodactyla mertensii Brandt, 1835 — Anémone de Mertens
Les anémones des espèces Heteractis aurora et H. malu n'abritent que rarement des couples d'adultes ; on les qualifie d’« anémones nurserie ». Ces hôtes sont peut être inadaptés à la formation de grands groupes pour des raisons biochimiques ou n'offrent pas une protection suffisante pour les grands individus. Néanmoins, ces anémones permettent le développement d'immatures qui, une fois suffisamment grands, changent d'anémone pour une espèce plus favorable. Ils s'insèrent alors dans la hiérarchie sociale du groupe rejoint(36)(,4.)


Compatibilité entre les espèces de poissons-s et les anémones hôtes
 
Le tableau des associations possibles entre poissons-s et actiniaires montre que la relation n'est pas monolithique. De toutes les espèces de s, seul Amphiprion clarkii est présent à l'état naturel dans les dix anémones ; environ un quart ne vivent qu'avec une espèce d'actiniaires(37). Inversement, presque un tiers des anémones accueillent au moins douze espèces de poissons-s et deux n'accueillent que A. clarkii(37.) Bien sûr, seuls les couples d'espèces qui partagent les mêmes zones de répartition et les mêmes habitats — sable ou récif, profondeur — peuvent potentiellement s'accorder mais toutes ne le font pas. En effet, le ratio de présence de poissons-s par espèces d'anémones hôtes n'est toujours corrélé à leur taux d’abondance relative(15.) D'autres critères interviennent dans l'établissement de la relation et le choix d'un hôte : une préférence innée ou acquise des poissons pour certaines anémones ; certaines formes d'anémones liées à leur croissance sont favorisées ; la compétition intra-spécifique(15,) les premiers arrivés empêchant généralement d'autres espèces de s'installer ; le hasard, des poissons peu compétitifs ont parfois trouvés des anémones très recherchées(38.) Au moment de leur installation, les poissons-s font preuve d'une importante sélection dans le choix de leur habitat mais il n'est pas établi dans quelle proportion cela peut expliquer la distribution des adultes(15.)
Les poissons-s sont diurnes. La nuit, ils se réfugient dans les tentacules de leur anémone(39.) Les plus grandes espèces (A. clarkii, A. melanopus, A. chrysopterus, A. bicintus, A. frenatus, etc.) ne trouvent pas toujours un refuge suffisant dans leur anémone. Ils cherchent alors un abri dans les anfractuosités à proximité s'ils sont menacés. Les anémones du genre Stichodactyla notamment ont des tentacules trop courts pour offrir un abri aux adultes des grandes espèces qui, en cas de danger, se cachent sous le disque de l'anémone(40.)
Les seules autres demoiselles qui s'associent avec des anémones sont la demoiselle à trois points (Dascyllus trimaculatus) et le dascyllus de Hawaii (D. albisella) qui appartiennent à la famille des Chrominae.
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 168 autres membres