www.handi-zen.com

handi-zen

Orang-outan,chapitre,11

653 appréciations
Hors-ligne

Phylogénie et génétique
Place au sein des hominidés
Phylogénie des genres actuels d'hominidés, d'après Shoshani et al. (1996)17 et Springer et al. (2012)(18:)
Hominidae 
 Ponginae 
Pongo (les Orang-outans)


 Homininae 
Gorillini 
Gorilla (les Gorilles)


 Hominini 
 Panina 
Pan (les Chimpanzés)


 Hominina 
Homo (les Hommes incluant l'Homme moderne)


Génétique
Les orangs-outans intéressent beaucoup les généticiens et les biologistes qui étudient l'évolution humaine car ils appartiennent à la super-famille des Primates hominoïdes mais possèdent une diversité génétique plus riche que les autres grands singes(19')( 20,) n'ayant pas subi de réduction de variation génétique (du moins jusqu'à aujourd'hui), contrairement aux espèces d'origine africaine.
Le caryotype des orangs-outans est diploïde, avec 2n = 48 chromosomes, comme pour tous les autres grands singes à l'exception des humains. La taille du génome des deux espèces d'orangs-outans est comparable à celle de l'espèce humaine. La date de sa divergence d'avec la lignée humaine est estimée à 12-14 millions d'années, ce qui le place en tant qu'espèce à un point médian dans l'évolution des primates. Ceux-ci auraient commencé à diverger d'avec les lignées humaines il y a 25 millions d'années selon Chen et Li 2001(21')( 22.) Le caryotype de l'orang-outan est le plus proche de l'hominoïde ancêtre commun à l'espèce humaine et aux grands singes(23.) Selon les critères adoptés, ils auraient environ 3 à 4 % de différences génétique avec l'espèce humaine(21.)


Génome
Le génome des orangs-outans a été séquencé en janvier 2011(24.) Il fait apparaître une similarité à 97 % avec le génome humain(25). Après les Humains et les Chimpanzés, les orangs-outans sont devenus la troisième espèce d'Hominidés à avoir leur génome séquencé. L'origine du séquençage du génome est basé sur un individu femelle captif appelé Susie(24.)
Les chercheurs ont également publié des copies moins complètes de dix orangs-outans sauvages, cinq de Bornéo et cinq de Sumatra. Il a été constaté que la diversité génétique était plus faible chez les orangs-outans de Bornéo (Pongo pygmaeus) que chez ceux de Sumatra (Pongo abelii), bien que ceux de Bornéo soient six ou sept fois plus nombreux que ceux de Sumatra. La comparaison a montré que ces deux espèces ont divergé il y a autour de 400 000 ans, soit plus récemment qu'on le pensait. On a également constaté que le génome des orangs-outans a évolué beaucoup plus lentement que celui des chimpanzés et de l'homme(24.)
Une analyse du génome de 37 orangs-outans, effectuée par des chercheurs de l’université de Zurich, a révélé la séparation, il y a plus de 3 millions d’années, entre les populations d’orangs-outans de Batang Toru et celles de Bornéo, dans le nord du lac Toba.
Les chercheurs espèrent que ces données pourront aider à sauver les grands singes en voie de disparition, et s'avéreront également utiles pour une meilleure compréhension des maladies génétiques humaines(24.)















Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 159 autres membres