www.handi-zen.com

handi-zen

Surpoids Docteur Donatini : "L’activité physique et l’alimentation saine ne suffisent pas à éviter la prise de poids

900 appréciations
Hors-ligne
Pour lutter contre le surpoids, l'activité physique et une alimentation saine ne suffisent pas : le bon fonctionnement de la vidange duodéno-gastrique est crucial, explique le Dr Bruno Donatini, gastro-entérologue hépatologue, cancérologue et immunologue et diplômé d'ostéopathie (MICI).

La société est en surpoids. Pourquoi ?

Je pense que le surpoids s’explique surtout par une stase (mauvaise vidange) duodéno-gastrique, provoquée, soit par la sédentarité (pas assez de torsions de buste), soit par une fermentation dans la fin de l’intestin grêle (iléon).

La stase duodéno-gastrique favorise une fermentation acide dans l’estomac, la synthèse d’acide acétique qui sera massivement transformé en graisses par le foie.

Malheureusement, la nature a choisi d’aboucher le cholédoque qui draine les déchets hépatiques dans le même lieu que la principale zone d’absorption des acides gras courts : le duodénum. En conséquence, cela tourne en boucle et le processus d’épuration s’épuise. De surcroît, les enzymes pancréatiques ne fonctionnent pas dans un milieu acide et les sucres ne sont plus absorbés. Le cercle vicieux de l’hyper-fermentation et de la distension duodéno-gastrique s’emballe.

Notre société repose en partie sur la compétition, l’affrontement ou le perfectionnisme qui ne cessent que dans les situations de satiété complète, c’est-à-dire d’hyper-fermentation. L’ébriété alcoolique la complète.

L’alcoolisme ou la boulimie sucrée illustrent ce besoin d’ouvrir des parenthèses dans un monde de mesures et de performances. La distension de l’estomac participe largement à la sensation de satiété. L’attirance des jeunes pour la combinaison alcool + soda s’explique par notre besoin ancestral de fermenter, ancré par des millénaires de vie collective émaillée de banquets.

Il est probable que les infections virales peut-être plus fréquentes de nos jours à cause des transports en commun, des piscines, des crèches etc. favorisent l’atonie du duodénum.

Comment remédier au surpoids ?

L’activité physique et l’alimentation saine ne suffisent nullement à résoudre le fléau du surpoids. Tous les praticiens qui se bornent aux conseils diététiques et sportifs subissent des échecs dévastateurs pour les patients et se ridiculisent.

Les chirurgiens ont compris, grâce à l’efficacité du bypass (court-circuit du blocage duodénal en abouchant le jéjunum sur l’estomac, ce qui réduit le volume de l'estomac et modifie le circuit alimentaire) que le problème n'était ni alimentaire, ni sportif, ni colique, ni pancréatique, ni hépatique, ni intestinal. Il est GASTRO-DUODENAL.

>> Découvrez les conseils minceur du Dr Lylian Le Goff et les recettes saines de Laurence Salomon pour vous aider à perdre du poids.

Comment résoudre médicalement cette difficulté de la perte de poids ?

- Utiliser du sulfate de magnésium car il contracte le duodénum et vide la vésicule biliaire ainsi que le pancréas exocrine.

- Pratiquer du sport, debout (jamais de piscine) avec des torsions de buste : marche rapide avec des bâtons, vélo elliptique, vélo ou stepper avec mouvement des bras ; environ ½ heure, 3 à 4 fois par semaine.

- Employer l’ostéopathie abdominale ou l’électrostimulation de l’estomac et du duodénum sous contrôle échographique afin d’observer la vidange gastroduodénale.

- Enfin, utiliser des huiles essentielles pour dissoudre le biofilm (amas bactériens organisés) installé dans le duodénum et l’empêcher de réapparaître.

- Parfois, l’ajout d’un antiviral permettra de restaurer la dynamique duodénale, en particulier s’il existe une gingivite ou bien une parodontopathie (d’origine virale dans plus de 90% des cas).

Un complément alimentaire ou une huile essentielle pour aider à mincir ?

L’utilisation d’huiles essentielles comme Citrus limon, gingembre et arbre à thé, fixées ou pas sur du Laetiporus (un mycélium qui conserve les huiles dans la lumière digestive), désinfecte le duodénum de bactéries encombrantes comme les acinetobacter.

L’Helicobacter pylori sera éliminé par le Hericium erinaceus qui, en outre, accélère la vidange et rétablit l’épaisseur de la muqueuse gastroduodénale.

Les virus seront tués par Ganoderma lucidum, Coriolus versicolor et Shiitaké poussés sur écorces riches en polyphénols.

>> Lire aussi : renforcer son immunité grâce au mycélium de champignons

Le duodénum sera stimulé par du sulfate de magnésium (6 cuillères à café dans un méange d'1 litre composé de ¾ d’eau et ¼ de jus de pamplemousse): un verre le soir au coucher un jour sur deux, pendant 2 à 3 mois.

L'alimentation idéale pour rester mince et surtout en bonne santé ?

L’alimentation idéale est celle que l’on absorbe et qui ne sert pas à la prolifération bactérienne. Sinon, les bactéries recouvrent l’intestin d’une couche peu perméable pour les nutriments puis abrasive, laissant passer des toxines et des toxiques. Cette couche de bactéries forme souvent un biofilm producteur de micro-courants qui oxydent tous les métaux en bouche, dans le corps ou sur la peau.

Il s’agit de consommer des protéines assimilables (poissons, œufs, voire volailles), des féculents sans gluten car ces derniers s’agglutinent dans le sablier duodénal, et d’éviter les grandes quantités de sucres rapides : pas plus de 15 grammes sur 3 heures.

Le concept de produits délactosés, de légumes blanchis et de fruits pauvres en fructose sera appliqué. Il recoupe celui des FODmap (Fermentable, Oligo- Di-, Mono-saccharides And Polyols) développé par l’Australien Gibson et bien connu Outre-Atlantique.

L’apport en oméga3 par des huiles végétales complète les recommandations.

Les épices qui ouvrent le duodénum seront favorisées : piment, paprika, gingembre. Celles qui ralentissent la vidange seront évitées : curcuma, cannelle, poivre.

On rappellera que boire trop favorise la distension abdominale et ne prévient pas les cystites ni les pyélonéphrites. On boit à sa soif.

Le petit déjeuner idéal ?

Il sera sans gluten et sans laitage, avec des fruits qui fermentent peu (ananas, banane, kiwi, baies rouges), des galettes de riz complet ou de sarrasin, un peu de confiture ou de miel bio. Il est possible de prendre des graines (lin, plantain, courge), des oléagineux ou des protéines : tofu, œuf, blanc de poulet, etc.

Le thé sous toutes ses formes (riche en épigallocathéchines) complète le petit-déjeuner.

Source femininbio
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Santé - medecine naturelle.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres