www.handi-zen.com

handi-zen

Sport Sport et santé, les vertus du Miam-ô-fruit

900 appréciations
Hors-ligne
Le printemps arrive, il est temps de se remettre à courir ! Mais comment s'alimenter sainement ?

L’hiver nous a quitté, le printemps montre le bout de son nez, les jours rallongent, les températures extérieures ne peuvent plus servir d’excuse pour permettre aux plus frileux d’entre nous de ne pas mettre le nez dehors, bref, toutes les conditions sont réunies pour se remettre au sport. Et pourquoi ne pas en profiter pour accompagner ce réveil du corps de nouvelles attitudes alimentaires ?
Passionné de course à pied à très hautes doses, j’ai longtemps tâtonné avant de déterminer une base nutritionnelle compatible avec ma pratique, qui m’apporte, d’une part, l’énergie suffisante pour enchaîner les kilomètres, d’autre part, les éléments indispensables à ma vie quotidienne. J’ai opté pour la Méthode France Guillain qui, en ce qui me concerne, est une bonne solution à l’équation. Dérivée des travaux des docteurs Kousmine et Seignalet, elle repose sur trois piliers : le 100% bio, les repas à 5 éléments excluant le sucré et surtout le fameux Miam-ô-Fruit au petit-déjeuner.
Le principe des repas à 5 éléments n’a rien de révolutionnaire dans le sens où de nombreuses civilisations l’ont adopté depuis des siècles et que des plats traditionnels tels que le couscous en sont l’archétype… si tant est que le dosage des différents éléments respecte l’équilibre suivant : 3 cuillères à soupe d’une céréale complète ou d’un tubercule cuit, 3 de légumes dont 1 d’un légume cru pour débuter le repas, 1 de légumineuse, 1 de protéine animale, 1 d’une huile crue bio (l’huile de cuisson – olive ou coco – ne « compte » pas) et ni dessert ni fruit (celui-ci pouvant être consommé au goûter). Les quantités de céréales, légumes et protéines peuvent être adaptées en fonction de l’intensité de la pratique sportive.
Le Miam-ô-Fruit est lui beaucoup plus surprenant, il va à l’encontre de nombreux mythes et croyances alimentaires. Et pourtant… ça marche ! Preuve en est qu’en ne consommant qu’un Miam-ô-Fruit une heure avant le début de la course, j’ai bouclé sans aucune difficulté les 42,195 km du dernier Marathon de Varsovie sans autre alimentation pendant l’épreuve que de l’eau. Qui plus est et tout particulièrement au printemps lorsque de nombreuses variétés de fruits arrivent sur les étals, il est non seulement savoureux mais se renouvelle sans cesse au gré des achats.
Il est certes un peu long à préparer mais le jeu en vaut la chandelle :
- une demi-banane écrasée à la fourchette émulsionnée avec deux cuillères à soupe d’huile de colza bio et deux cuillères à soupe de jus de citron,
- 1 cuillère à soupe de graines de lin broyées, une de graines de sésame broyées, une d’un mélange de graines de courge et de tournesol broyées,
- 300 gr de fruits frais (au moins trois différents)
- quelques graines d’oléagineux non trempées (noix, noix de cajou, noix du Brésil, amandes…).
A déguster lentement en mâchant bien. La combinaison de ces éléments distille une énergie à la fois intense et progressive sans aucune sensation de lourdeur, le Miam-ô-Fruit peut même être consommé juste quelques minutes avant un effort sportif. Et dans la vie quotidienne, il "tient au corps" toute la matinée.
Je me garderais bien d’affirmer que cette méthode est une panacée. Elle présente cependant le double avantage de répondre aux besoins liés à la pratique du sport et d’offrir un espace de créativité culinaire non restrictif.

L'auteur : Frédéric Brossard, passionné de course à pied et de cuisine saine et bio, collabore au site runners.fr et a récemment lancé un blog relatant ses expériences avec la méthode alimentaire France Guillain.

Source femininbio
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Santé - medecine naturelle.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres