www.handi-zen.com

handi-zen

Ail des ours et colchique : hausse de cas d’intoxications graves induit par la confusion

904 appréciations
Hors-ligne
En été, profiter des balades pour cueillir quelques plantes sauvages, c’est un loisir, un plaisir. L’ail des ours trouve de nombreuses utilisations en cuisine notamment dans les marinades, les potages, les salades ou en pesto. L’ail des ours et le poireau sauvage poussent dans les mêmes sous-bois que le colchique, une plante souvent confondu avec l’ail des ours. L’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est et le Centre Antipoison et de Toxicovigilance Est alertent sur la recrudescence de cas d’intoxications graves au colchique. Comment différencier l’ail des ours et le colchique pour éviter l’intoxication ?

Des cas d’intoxications graves, voire mortelles

D’après l’ARS, en avril 2019, 20 cas d’exposition au colchique ont été signalés aux centres antipoison, c’est-à-dire deux fois plus que les années précédentes. Récemment, deux cas d’intoxications alimentaires graves ont été observés dans la région Grand Est,

En fonction de la quantité ingérée, de la concentration variable de colchicine présente dans la plante, l’ingestion du colchique peut conduire à une intoxication grave voire mortelle. De plus, l’association avec certains médicaments standards peut augmenter considérablement le risque de toxicité.
Comment distinguer l’ail des ours du colchique ?

Le colchique est une plante contenant de la colchicine, une substance très toxique et même mortelle. L’ail des ours et le colchique ont des feuilles d’une forme elliptique assez semblables qui portent souvent à confusion. De plus, ces derniers poussent dans les mêmes sous-bois.

Bien qu’elles ont une apparence similaire, l’ail des ours possède une odeur caractéristique, des fleurs blanches en forme d’étoile, un bulbe blanc allongé ainsi que des feuilles elliptiques et pointues.

Le colchique quant lui est reconnaissable à ses feuilles plus rigides, sans tige, et le bulbe est rond et foncé. Les fleurs mauves s’épanouissent en automne, seules les feuilles sont visibles au printemps.

Lors de la cueillette d’ail des ours, il indispensable de bien connaître la plante et de vérifier la présence d’une odeur d’ail en froissant la feuille.

En cas d’hésitation sur la reconnaissance de la plante après ingestion ou de symptômes particulièrement digestifs survenus dans les heures suivant l’ingestion de l’ail des ours ou du poireau sauvage, il est impératif de contacter au plus vite le Centre Antipoison Est, au numéro : 03 83 22 50 50.

Source santé sur le net
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Santé - medecine naturelle.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 203 autres membres