www.handi-zen.com

handi-zen

Jules Mazarin,chapitre,1

761 appréciations
Hors-ligne

Jules Mazarin
Cardinal
Jules Raymond Mazarin, né à Pescina, dans les Abruzzes, royaume de Naples, le 14 juillet 1602 et mort à Vincennes le 9 mars 1661, mieux connu sous le nom de cardinal Mazarin, fut un diplomate et homme ...
Date et lieu de naissance : 14 juillet 1602, Pescina, Italie
Date et lieu de décès : 9 mars 1661, Vincennes
Lieu d'inhumation : Collège des Quatre-Nations, Paris
Titre cardinalice : Cardinal-diacre (n'a jamais reçu de diaconie)
Livres : Bréviaire des politiciens, Breviário dos políticos, PLUS


Jules Mazarin


Sauter à la navigation Sauter à la recherche
« Mazarin » redirige ici. Pour les autres significations, voir Mazarin (homonymie).
Jules Mazarin


Portrait du cardinal Mazarin,
par l’atelier de Pierre Mignard,
1658-1660, Chantilly, musée Condé.

Biographie

Nom de naissance
Giulio Raimondo Mazzarino

Naissance
14 juillet 1602
à Pescina (Abruzzes, royaume de Naples)

Décès
9 mars 1661 (à 58 ans)
à Vincennes
 Royaume de France

Cardinal de l’Église catholique

Créé
cardinal
16 décembre 1641
Par le pape Urbain VIII

Titre cardinalice
Cardinal-diacre (n'a jamais reçu de diaconie)

Évêque de l’Église catholique

Prince-évêque de Metz1

1652 – 1658

Autres fonctions

Fonction laïque

Principal ministre d'État durant la régence d'Anne d'Autriche







« Fimando firmior hæret »
« Hinc ordo, hinc copia rerum »

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org [archive]

modifier 


Buste de Mazarin par Louis Lerambert (bibliothèque Mazarine).
Jules Raymond Mazarin (Giulio Raimondo Mazzarino, Mazarino, Mazarini ou Mazzarinia), né à Pescina, dans les Abruzzes, royaume de Naples, le 14 juillet 1602 et mort à Vincennes le 9 mars 1661, mieux connu sous le nom de cardinal Mazarin, fut un diplomate et homme politique, d'abord au service de la Papauté, puis des rois de France Louis XIII et Louis XIV. Il succéda à Richelieu en tant que principal ministre d'État de 1643 à 1661.
« Mazarin vaut mieux que sa réputation. Sa mémoire a souffert des relents de la xénophobie dont il avait été victime de son vivant. Pourtant, rarement carrière personnelle aura été, en dépit des traverses, si réussie et si féconde. Rarement l'action politique aura laissé une empreinte aussi durable. Et l'histoire se doit de juger l'homme à son œuvre. »
— Madeleine Laurain-Portemer


Jules Mazarin


Sauter à la navigation Sauter à la recherche
« Mazarin » redirige ici. Pour les autres significations, voir Mazarin (homonymie).
Jules Mazarin


Portrait du cardinal Mazarin,
par l’atelier de Pierre Mignard,
1658-1660, Chantilly, musée Condé.

Biographie

Nom de naissance
Giulio Raimondo Mazzarino

Naissance
14 juillet 1602
à Pescina (Abruzzes, royaume de Naples)

Décès
9 mars 1661 (à 58 ans)
à Vincennes
 Royaume de France

Cardinal de l’Église catholique

Créé
cardinal
16 décembre 1641
Par le pape Urbain VIII

Titre cardinalice
Cardinal-diacre (n'a jamais reçu de diaconie)

Évêque de l’Église catholique

Prince-évêque de Metz1

1652 – 1658

Autres fonctions

Fonction laïque

Principal ministre d'État durant la régence d'Anne d'Autriche







« Fimando firmior hæret »
« Hinc ordo, hinc copia rerum »

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org [archive]

modifier 


Buste de Mazarin par Louis Lerambert (bibliothèque Mazarine).
Jules Raymond Mazarin (Giulio Raimondo Mazzarino, Mazarino, Mazarini ou Mazzarinia), né à Pescina, dans les Abruzzes, royaume de Naples, le 14 juillet 1602 et mort à Vincennes le 9 mars 1661, mieux connu sous le nom de cardinal Mazarin, fut un diplomate et homme politique, d'abord au service de la Papauté, puis des rois de France Louis XIII et Louis XIV. Il succéda à Richelieu en tant que principal ministre d'État de 1643 à 1661.
« Mazarin vaut mieux que sa réputation. Sa mémoire a souffert des relents de la xénophobie dont il avait été victime de son vivant. Pourtant, rarement carrière personnelle aura été, en dépit des traverses, si réussie et si féconde. Rarement l'action politique aura laissé une empreinte aussi durable. Et l'histoire se doit de juger l'homme à son œuvre. »
— Madeleine Laurain-Portemer


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres