www.handi-zen.com

handi-zen

Les années folles,1919-1939,chapitre 3

851 appréciations
Hors-ligne

Sport et spectacle sportif

Une autre forme de divertissement, à savoir le spectacle sportif, connaît un engouement similaire durant les Années folles. En effet, la fréquentation des lieux sportifs augmente sensiblement au cours des années qui suivent la guerre et la presse donne à l'événement sportif une audience et une popularité croissantes. Les journaux jouent effectivement un rôle majeur dans la promotion du sport en consacrant au travers des pages sportives une notoriété au Tour de France par exemple. C'est également la presse qui familiarise le public avec les grands noms du football et du rugby. D'ailleurs, la pratique de ce sport, limitée avant la guerre aux seuls milieux aisés, s'étend désormais aux couches populaires. Le succès des Jeux Olympiques de Paris en 1924 est en grande partie dû à la promotion qu'en ont fait les journaux français. Ainsi, 3092 athlètes représentant 44 pays ont participé à cet événement sportif et pas moins de 625 000 spectateurs y ont assisté.
La naissance d'une culture populaire

Parallèlement à cette culture des élites qui caractérise les Années folles, on voit naître dans le même temps à Paris, une culture populaire. En effet, le premier conflit mondial a bouleversé beaucoup de choses, jusque dans le domaine de la chanson. Après quatre ans d'ère nostalgique de la « Belle Époque », de nouveaux artistes font leur apparition dans des lieux à la mode. Le Music-Hall par exemple, tout en attirant des artistes et des intellectuels à la recherche de la nouveauté, donne également dans le milieu populaire. Il y a certes l'exotisme des revues à grand frais du Moulin Rouge mais il est nécessaire d'évoquer à la même période les débuts de Maurice Chevalier, illustration par excellence de la bonne humeur française au travers d'une de ses chansons, Valentin. Il y a également la meneuse de revue Mistinguett, surnommée La Miss, qui reprend avec succès des airs populaires comme Toujours au turbin, Moi, j'en ai marre. Tous les spectacles ne se réduisent cependant pas qu'à la revue.
La forte croissance économique
Les années folles sont aussi une période de très forte croissance économique. De nouveaux produits et services en très forte expansion dopent l'économie: radio, automobile, aviation, pétrole, électricité. La production française d'hydroélectricité est multipliée par huit sur la décennie(1.)


L'électricité moins chère favorise les sociétés industrielles, qui en 1928 représentent 3 des 5 premières capitalisations françaises à la Bourse de Paris, où les cours sont multipliés par 4,4 sur la décennie et 5 des 10 premières. La 6e est une jeune société innovante, qui n'a que quinze ans, Air liquide, déjà dotée d'une stature mondiale. L'indice de production manufacturière atteint en 1928 le niveau de 139, pour une base 100 en 1914(2,) avec il est vrai des disparités sectorielles très fortes : il est 44 seulement pour l'indice construction navale, 100 pour la sidérurgie et 422 pour l'automobile3. L'indice global français était tombé à 57 en 1919 puis 50 en 1921, mais déjà remonté à 104 en 1924. Il a fallu 6 ans pour effacer la pénurie d'énergie causée par la reconstruction des mines du nord, que les Allemands avaient noyées pendant la Première Guerre mondiale.
La radio
La radio a joué un rôle prépondérant en devenant le vecteur privilégié de la nouvelle culture de masse. En effet, elle a permis, au travers des premiers disques 78 tours, de faire connaître à un plus grand nombre de personnes, notamment auprès des classes populaires, les vedettes du cabaret et du music-hall. Ainsi, la radio propulse rapidement Mistinguett et Maurice Chevalier au rang de vedettes nationales puis internationales et elles deviennent vite des emblèmes du mode de vie à la parisienne.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres