www.handi-zen.com

handi-zen

Armand Jean Du Plessis,de Richelieu,chapitre,7

735 appréciations
Hors-ligne

La cité de Richelieu

Grande-Rue de la cité de Richelieu (Indre-et-Loire).
En 1631, au faîte de sa puissance, il obtient du roi l'autorisation de construire en Touraine le château et le bourg de Richelieu, en lieu et place du domaine de ses ancêtres où il vécut sa prime enfance. Ce lieu est considéré aujourd'hui comme l'un des chefs-d'œuvre de l'urbanisme occidental du XVIIe siècle.
Le château du Val
En 1633, Richelieu acquiert à Rueil le château du Val, qu'il aménage à grand frais pendant des années pour en faire un véritable palais et qui devient sa résidence favorite. Loin des cabales et du bruit de la ville, il est idéalement placé sur la route entre Paris et Saint-Germain-en-Laye, où le roi aime aller chasser.


La petite histoire
Quelques allusions à la galanterie supposée du Cardinal
Trois sources, jamais attestées ni documentées par les historiens, prêtent des liaisons au Cardinal, toutes rapportées par le seul Tallemant des Réaux : les Historiettes de Tallemant des Réaux où il affirme que « le Cardinal aimait les femmes ; mais il craignait que le roi soit médisant »(52,) Galanterie des rois de France et l’album du maréchal de Bassompierre... Toujours selon Tallemant, Marion Delorme, prostituée notoire (selon Tallemant des Réaux(53) et l’ouvrage Galanteries des rois de France)(54), serait concernée ; ensuite Marie-Madeleine de Vignerot d'Aiguillon (1604-1675), la nièce même du Cardinal... Femme d’une grande beauté, plus connue sous le titre de Madame d’Aiguillon. Une chanson sarcastique de l’époque, brocardant le Cardinal, lui suppose sans équivoque des relations avec elle ainsi que de la princesse de Condé, maîtresse du Cardinal de La Valette : « La Combalet et la princesse, ne pensant point faire de mal, et ne s’en iront point à confesse, d’aimer chacune un Cardinal, car laisser lever sa chemise, et mettre ainsi leur corps à l’abandon, n’est que se soumettre à l’église, qui leur donnera son pardon »(55.) Il y aurait eu des enfants de cette liaison ; le journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson annonce que le 16 août 1647, la belle-sœur de Mme d’Aiguillon présente une requête pour désavouer ses enfants, elle affirme qu’ils sont à Mme d’Aiguillon et au Cardinal(56). Enfin, toujours selon le seul Tallemant, dans ses Historiettes, il y aurait eu Madame de Chaulnes, femme du maréchal(57. )


Les chats, fidèles compagnons du Cardinal

Richelieu en compagnie de ses chats et du père Joseph.
Le Cardinal de Richelieu adorait les chats. Il a beaucoup contribué à les faire considérer comme des animaux de compagnie. Il fit installer une chatterie au Palais-Cardinal même, et les diverses chroniques rapportent qu'il avait toujours un chat sur ses genoux lorsqu'il travaillait. À sa mort, il en possédait quatorze, la plupart des persans au poil Angora, dont les noms qu'il leur avait données sont parvenus jusqu'à nous : Félimare, Lucifer, Ludovic-le-Cruel, Ludoviska, Mimi-Piaillon, Mounard-le-Fougueux, Perruque, Rubis-sur-l'ongle, Serpolet, Pyrame, Thisbe, Racan, Soumise, et Gazette(58.)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 168 autres membres