www.handi-zen.com

handi-zen

S’adapter… Pas toujours facile !

858 appréciations
Hors-ligne
e ne sais pas si vous êtes comme moi, mais cette semaine, le choc a été grand. Je n’étais définitivement pas prête à ce qui allait me tomber sur la tête… LA NEIGE! Je sais, je sais, vous me direz qu’après la chute des feuilles faut s’attendre à se que tout ce couvre de blanc. Mais si vite? Avec autant de… de… brusquerie ? Nous voilà donc ensevelis de blanc. Les couleurs ont juste eu le temps de passer de nous taquiner la rétine et Pouf! Parties !

Ok. Une fois ce constat fait, que reste-t-il comme alternative? Résister, pleurer, se désoler de ne pas avoir « encore » fait notre herbier? Mon dernier date de mes 12 ans… Faut pas exagérer !

Dans la vie, il y a une foule de choses qui se produisent sans que nous ayons eu le temps de nous préparer. Des évènements petits ou grands qui nous amènent à revoir nos plans, notre organisation, nos certitudes. Et c’est pour le mieux ! Nous apprenons alors à relativiser. À prendre ce qui est là et à en tirer le meilleur. Dans l’accueil et l’acceptation, il est alors possible de s’adapter.

Le trouble de l’adaptation en est un qui touche de plus en plus de gens, des petits aux plus grands. Notre vie déboule, les situations se précipitent et nous oublions de RESPIRER! C’est alors que la fée du logis peut s’en donner à coeur joie! Et on se met à nourrir le hamster qui habite là-haut ! Pas de danger de sous alimentation pour lui! Le buffet est servi !

Je vous entends me dire : « Hey, je respire ! Ce n’est pas une couple de bouffées d’air qui vont changer la situation! » Ça, c’est bien vrai. La situation ne changera pas. Elle demeure la même. C’est notre attitude qui changera. C’est par la respiration qu’il nous est possible de se ramener dans l’ici maintenant. C’est dans l’acte de ramener sa concentration sur son souffle, sur l’acte incontournable de respirer, que se fait l’apaisement. C’est le message envoyé de ce fait au cerveau qui nous permettra de nous adapter. Car dans cet espace temps du présent, le danger n’existe pas.

Je vous propose un petit exercice de visualisation afin de vous offrir la possibilité d’expérimenter cet état intérieur de calme.

Prenez 3 grandes respirations complètes de la façon suivante:
inspirer par le nez en comptant 4 temps puis expirez par la bouche en émettant le son du OUF. Vous dégagez ainsi les lourdeurs et tracas qui occupent votre esprit.

Respirez ensuite par le nez, normalement. Imaginez-vous au centre d’une clairière. Quelques arbres vous entourent. Vous êtes debout et ressentez la chaleur du soleil et le doux souffle de l’air sur votre peau, sur votre corps. Puis le vent se lève, le ciel se couvre. Les feuilles s’envolent, les arbres, arbustes et herbes hautes ploient sous le vent. Il s’intensifie et tourbillonne de plus en plus. Vous le voyez, vous le sentez, mais votre solidité est inébranlable. Vous n’êtes pas secoué ni ébranlé. Vous vous sentez pleinement en sécurité et bien enraciné. Le son du vent siffle à vos oreilles, les nuages passent rapidement dans le ciel et tranquillement, tout se calme. Le soleil réapparait, les arbres reprennent leur douce danse. La tempête est passée. Et vous, au centre de toute cette agitation, vous n’avez pas bougé. Votre ancrage était total. En plein contrôle. Vous prenez le temps d’apprécier ce qui vient de se produire.

Vous reprenez 3 grandes respirations et doucement, vous ouvrez les yeux.

Je vous suggère d’écrire ce que vous avez ressenti lors des différentes étapes de cet exercice: avant, pendant et après l’apparition de la tempête. Puis de décrire quel état est maintenant le vôtre après vous être senti si solide, en pleine harmonie et confiance à être là, debout, dans votre puissance.



Je vous souhaite donc un beau début d’hiver !

Sonia tremblay

Source myvirtualyoga
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Discussion textes.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres