www.handi-zen.com

handi-zen

Laissez partir le fantôme du passé…

900 appréciations
En ligne
Quelques fois plaisant et rempli de souvenirs et d’odeurs auxquels nous aimons repenser avec douceur et bienveillance, notre passé peut cependant être paré de couleurs plus sombres. Des instants vécus laissant encore à cette heure, une empreinte bien visible, nous empêchant d’avancer vers le bonheur d’un instant présent que nous aimerions savourer pleinement…

Machine à remonter le temps…

Disputes familiales, ruptures amoureuses, conflits professionnels ou amicaux… Combien de fois, lors d’une période réjouissante, une période où tout vous semble léger, le fantôme d’un de ces évènements passés, n’est-il pas venu se rappeler à vous, vous montrant à quel point il lui est encore facile de vous déstabiliser. De cette visite impromptue, on ne garde que le refrain lancinant et paralysant de la musique des peurs passées, des choses que l’on n’a pas dites ou faites, ou d’autres ressentiments et regrets que l’on croyait définitivement enfouis. Vient alors à notre esprit ces interminables sessions de visualisation de ce qui aurait du être. De cet état, peut également survenir une culpabilité, fondée ou non, qui ne cesse de vous poursuivre. Se sentir coupable d’avoir mis un terme à une relation devenue épuisante, d’avoir dit stop à un(e) collègue envahissante, de s’être éloigné de personnes toxiques que l’on croyait pourtant être nos amis ou encore d’avoir perdu notre temps…

Donner du temps au temps…

Se sentir coupable également d’avoir perdu notre temps, mais contrairement à ce que l’on a coutume de dire, le temps ne se perd pas, il passe tout simplement, offrant sur son passage d’innombrables apprentissages et expériences qui enrichissent notre vie jour après jour. Le temps fait son oeuvre et guérit de nombreuses situations, encore faut-il que vous le laissiez jouer son rôle de médiateur entre votre vous présent et votre passé.

Lui rendre sa liberté…

Aussi dur eut-il été, votre passé est votre ami, sans lui vous ne seriez pas devenue la magnifique personne que vous êtes aujourd’hui. Sans lui vous n’existeriez tout simplement pas. Il vous a formé, construit, et ce même lorsqu’il donnait l’impression de vous déconstruire, il vous a aidé – sans que cela soit facile pour autant – à vous mettre sur votre chemin. En le gardant près de vous comme d’autres gardent en mains un porte-bonheur, vous le renforcerez, vous empêchant lui et vous d’être enfin libre. Il ne s’agit en rien de l’occulter au risque qu’il revienne plus violemment, mais bien d’en limiter l’emprise. Vivre, le regard braqué dans le rétroviseur vous laissera dans cet entre-deux pour le moins inconfortable, vous épuisant face à un passé trop présent, et un présent terni par le passé. Visualisez-le comme un ami qui ne vous veut plus aucun mal, et regardez-le s’éloigner sur la route pour aller reprendre la place qui lui est attribuée tandis que vous continuerez de rouler vers un présent où vous pourrez respirer sans crainte. Et, si les souvenirs reviennent vous dire bonjour, accueillez-les comme des invités de passage, souriez-leur, car vous êtes maintenant dans l’instant, un instant où ces invités ne sont plus indésirables et peuvent repartir de l’endroit d’où ils viennent, vous laissant continuer à vivre la magie du présent…

« Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître. De s’en défaire. De s’en libérer. (…) Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui est précède n’a plus sa place dans votre vie, faites le ménage, secouez la poussière, fermez la porte, changez de disque (…). » Paolo Coelho


Isabelle Jeanpierre
Souce myvitualyoga
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Discussion textes.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres