www.handi-zen.com

handi-zen

Silure glane,chapitre,6

838 appréciations
Hors-ligne

Valeur alimentaire
Sa chair est comestible mais pas considérée comme de grande valeur.
En outre, comme pour tous les prédateurs, et parce qu'il se nourrit aussi sur le sédiments et d'animaux filtreurs, sa chair peut être polluée par des pesticides , des organochlorés tels que les PCB et divers éléments traces métalliques toxiques (cadmium, plomb, mercure, arsenic et chrom(e(61) voire des radionucléides(62)(,63).
D'après une étude faite dans le bassin du Po (Italie du Nord) de 2007 à 2009 chez cette espèce, le mercure (Hg) est souvent le contaminant le plus problématique(64) ; il est surtout retrouvé dans la chair (muscles) et le foie, le cadmium (Cd) dans le rein, le plomb (Pb) à la fois dans les branchies, le foie et la chair, alors que le chrome est plus spécifiquement fixé dans les branchies et le foie(64). Dans ces cas le mercure dépassait les niveaux maximaux (ML) de 0,5 ppm dans 18 % des échantillons, alors que le Pb et le Cd ne dépassaient pas les normes européenne65 dans les tissus musculaires(64). Les taux les plus élevés de mercure (Hg) étaient dans ces cas corrélées à la proximité d'activités industrielles(64.) Les auteurs considèrent que cette espèces ne répond pas dans ce contexte aux normes et recommandations de consommation humaine et que de manière générale « une surveillance étroite de la pollution par les métaux est fortement recommandée, en particulier dans les poissons piscivores, à cause leur capacité de bioaccumulation »(64)(,63,) d'autant que les niveaux d'alerte sont également souvent dépassés pour des toxiques de type PCB(66.) Des résultats similaires ont été obtenus dans le bassin du Danube(67.) Plus le silure est grand et âgé, plus il est susceptible d'avoir bioaccumulé des polluants persistants(63.)
Une étude récente (2017) a porté sur la composition biochimique de ses œufs, concluant qu'ils pourraient avoir (en raison de leur teneur en phospholipides et en acides gras polyinsaturés ω3) une certaine valeur nutritionnelle comme possible complément alimentaire, qui serait à confirmer par des analyses plus poussées(68,) notamment car ses œufs pourraient être contaminés par des polluants organiques persistants liposolubles ou d'autres polluants.


Articles connexes
Silure
Liste des poissons des lacs et rivières utilisés en cuisine
Poissonnerie
Pisciculture
Bibliographie
Jean-Pierre Proteau, Olivier Schlumberger et Pierre Elie, Le silure glane, Quae, 2008, 224 p. (ISBN 978-2-7592-0069-6)
Triantafyllidis, A., Krieg, F., Cottin, C., Abatzopoulos, T. J., Triantaphyllidis, C., & Guyomard, R. (2002). Genetic structure and phylogeography of European catfish (Silurus glanis) populations. Molecular Ecology, 11(6), 1039-1055.
Vidéographie
Silures dans la loire [archive], mis en ligne par Pierre-Alain Gillet le 6 novembre 2015
Références taxinomiques
(en) Référence Fauna Europaea : Silurus glanis Linnaeus, 1758 [archive]
(fr) Référence INPN : Silurus glanis L., 1758 [archive]
(fr+en) Référence FishBase : espèce Silurus glanis L., 1758 [archive] (+ traduction [archive]) (+ noms vernaculaires 1 [archive] & 2 [archive])
(fr+en) Référence ITIS : Silurus glanis L., 1758 [archive] (+ version anglaise [archive] )
(en) Référence Animal Diversity Web : Silurus glanis [archive]
(en) Référence NCBI : Silurus glanis [archive]
(en) Référence UICN : espèce Silurus glanis Linnaeus, 1758 [archive] (consulté le 1er juin 2015)
(fr) Référence DORIS : espèce Silurus glanis [archive]
(en) Référence Catalogue of Life : Silurus glanis (non Linnaeus, 1758) [archive]
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 183 autres membres