www.handi-zen.com

handi-zen

Olivier

603 appréciations
Hors-ligne
Les feuilles d’olivier (Olea europaea) sont recommandées pour leurs propriétés hypotensive et hypoglycémiante. Elles peuvent être conseillées comme traitement adjuvant du diabète de type 2 ou diabète non insulinodépendant.
L’olivier, arbre millénaire

Symbole de paix et de longévité, l’olivier est un arbre au tronc noueux qui peut vivre plusieurs siècles. Emblème des régions méditerranéennes, vénéré par les Grecs qui voyaient en lui une création d’Athéna et cité dans la Bible, l’olivier est aujourd’hui cultivé pour ses fruits, les olives, ainsi que pour l’huile d’une grande qualité nutritive et gustative que l’on en extrait. Ses feuilles d’un vert argenté très caractéristique sont utilisées en phytothérapie.
Des feuilles pour la tension et le diabète

Les Grecs se servaient des feuilles d’olivier pour désinfecter les blessures. Plus tard et durant une longue période, elles furent utilisées pour leurs propriétés fébrifuges. En France, la feuille d’olivier est traditionnellement recommandée pour favoriser l’élimination de l’eau (diurèse). L’Agence Européenne des Médicaments reconnaît d’ailleurs son usage traditionnel dans « l’élimination rénale de l’eau dans les cas bénins de rétention d’eau ».

Actuellement, les feuilles d’olivier sont recommandées pour leurs propriétés hypotensives établies. Les feuilles d’olivier contiennent des séco-iroidoïdes (substances produites naturellement par la plante pour lutter contre les infections), dont l’oleuropéoside (appelé aussi oleuropéine), auquel on attribue généralement l’effet antihypertenseur léger de la plante. L’oléacéine (également présente dans les feuilles) pourrait contribuer à renforcer cet effet.

La feuille d’olivier a de plus une action hypoglycémiante, ce qui signifie qu’elle abaisse le taux de sucre dans le sang. Ces deux propriétés (hypotensive et hypoglycémiante) sont particulièrement intéressantes en cas de diabète de type 2 (non insulinodépendant). En effet, l’hypertension souvent associée au diabète augmente considérablement les risques cardiovasculaires du patient.

Associées à des mesures hygiéno-diététiques, les feuilles d’olivier peuvent donc présenter le double intérêt d’aider à réduire la tension artérielle et de réguler la glycémie. Une étude récente tend à démontrer que les polyphénols de la feuille d’olivier ont un effet positif sur la sensibilité à l’insuline et sur les risques cardiovasculaires (1). Des effets antioxydants et anti-infectieux viennent s’ajouter à ces propriétés.

Les feuilles d’olivier en pratique

Les feuilles d’olivier peuvent se consommer en macération à froid ou en infusion. Compter 10 grammes de feuilles fraîches ou jusqu’à 5 grammes de feuilles sèches pour 150 ml d’eau bouillante, 2 fois par jour. On trouve également les feuilles d’olivier sous forme de compléments alimentaires. La dose quotidienne se situe entre 600 et 1375 mg de poudre de feuilles séchées.

Pour lutter contre le diabète, il est possible d’associer l’olivier avec le resvératrol (polyphénol présent dans le raisin rouge) ou le nopal (figuier de barbarie), excellent hypoglycémiant naturel. En cas d’hypertension, il pourra être accompagné d’ail, hypotenseur et utile en prévention de l’artériosclérose.

Pour lutter contre une constipation en dehors de toute pathologie, une cuillérée à soupe d’huile d’olive le soir avant de se coucher.

L’olivier du Maroc ou arganier présente les mêmes propriétés que son cousin l’olivier selon les mêmes posologies et présentations. L’huile d’argan ayant en plus des propriétés hydratantes et antivieillissement, antirides pour la peau.

Source : e santé
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Santé - medecine naturelle.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 149 autres membres