www.handi-zen.com

handi-zen

Essentielles, les huiles!

614 appréciations
Hors-ligne
À la suite de mon aventure ménagère de juillet dernier, les huiles essentielles ont confirmé une fois de plus qu’elles sont mes meilleures amies. J’ai dû en utiliser une quantité rocambolesque, car j’ai perdu le compte des p’tits pots que j’ai pu acheter en deux semaines et demie.

Mon histoire d’amour avec ces fioles miraculeuses a commencé il y a quelques années, avec les huiles de base comme l’incomparable lavande (nervosité, stress, anxiété, brulures, prévention des poux) et le fidèle arbre à thé (herpès labial, mal de gorge, acné). Au fil des mois, mon engouement s’est poursuivi et j’ai ajouté quelques classiques à ma collection : le sapin baumier (en diffusion pour les nez bouchés), l’orange (calmante, combat la fatigue et l’insomnie), l’aromatique thé des bois (ou Gaulthérie odorante, pour ses propriétés anti-inflammatoires), pour ne nommer que ceux-là. Plus timide au début, je les utilisais en olfaction, en diffusion et en massage pour tous les membres de ma précieuse famille, en excluant bien évidemment mon chat (ils sont très sensibles aux huiles essentielles). Ayant dépassé d’un brin à peine le cap des apprentis (le monde de l’aromathérapie est complexe et totalement fascinant) j’en ajoute dorénavant dans ma bouteille de savon à mains, dans mon savon à vaisselle, dans ma lessive, dans mon diffuseur électrique, dans mon désinfectant maison et dans mon nettoyant (maison !) tout usage. Bref, les petits pots ambrés font désormais partie de ma vie.

Pour tout ceci, je ne remercierai jamais assez Michel Turbide , cet homme impressionnant qui, si je ne me trompe, a fait connaitre aux Québécois la facette scientifique de l’aromathérapie. Je commence lentement à comprendre que me familiariser avec les propriétés des huiles essentielles les plus courantes est primordial pour concocter des mélanges efficaces et non pas les utiliser à l’aveuglette. Néanmoins, il me faudrait des années d’apprentissage pour bien les connaitre. Cela peut rebuter les esprits moins scientifiques, comme moi-même, mais Michel Turbide l’explique merveilleusement bien dans ses nombreux livres. D’ailleurs, j’en ai quelques-uns en ma possession et ma collection ne fait que commencer.
Durant l’opération Grand Ménage, j’ai privilégié une demi-douzaine d’huiles essentielles aux propriétés désinfectantes. Puisque les recettes utilisées se trouvent facilement dans les livres, je préfère ne pas les révéler.

Cependant, voici trois coups de cœur :

Le clou de girofle : véritable coup de foudre olfactif ! Néanmoins, les propriétés de cette huile ne se résument pas qu’à son odeur chaude qui rappelle les veillées de Noël de mon enfance ! Le clou de girofle était utilisé il y a 2000 ans en Chine pour améliorer l’haleine, mais aussi pour ses vertus culinaire et médicinale ! C’est une arme redoutable contre les microbes de toutes sortes (virus, champignon, bactéries, parasites), les infections respiratoires telles que la grippe, la pneumonie, la bronchite et le rhume, un antidouleur et anti-fatigue et un répulsif à insecte, y compris les fourmis et les punaises.

La menthe poivrée : Ah ! L’arôme vif des feuilles de menthe fraichement cueillies de mon jardin ! Quel bonheur ! Je l’aime et je l’adore en tisane. Par contre, jusqu’à récemment, j’utilisais l’HE de menthe poivrée uniquement pour les maux de tête et les douleurs abdominales. Elle est essentielle également pour ses propriétés antivirales, antibactériennes, antifongicides et pour déboucher les petits nez. Pratique ! Je l’amène en tout temps durant mes déplacements.

Le citron : Voici un puissant antitout (anti bactérien, anti virale, antiseptique, antiinfectieuse) que j’utilise pour la lessive, la vaisselle, en diffusion et dans mon mélange désinfectant maison. En plus, il sent divinement bon ! Comme il est excellent contre la fatigue et l’anxiété, stimule la créativité, le système immunitaire et la concentration, j’adore l’utiliser en diffusion après le retour des enfants à la maison. Combiné à l’huile d’orange, ma chaumière sent la bonne humeur !

Quoique très anciennes, les huiles essentielles deviendront les médicaments du futur. Elles sont scientifiquement reconnues comme étant des armes antiinfectieuses redoutables. La beauté de la chose, c’est qu’elles ne perturbent pas l’organisme comme les antibiotiques. Autre chose merveilleuse : leur complexité (75 molécules actives en moyenne pour une huile essentielle) rebute les bactéries qui ne peuvent s’adapter aux huiles essentielles et transmuter, comme elles le font avec les antibiotiques habituels.

N’hésitez pas à les apprivoiser. Elles sont peu coûteuses pour la plupart. Quelques petits pots suffisent pour se créer une pharmacie et une base quotidienne pour les produits ménagers.

Si vous avez d’autres idées fabuleuses sur la façon d’utiliser les huiles essentielles, j’ai très hâte de vous lire !

À bientôt et bonne fin d’été !

Johanick Petit

Source : monvirtualyoga
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Santé - medecine naturelle.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 151 autres membres