www.handi-zen.com

handi-zen

481,Clovis 1er,chapitre 12,bis

550 appréciations
Hors-ligne

Le rapprochement avec l'Austrasie (581-583)
Le changement de gouvernement en Austrasie (581)

Apogée du royaume de Chilpéric
En 581, survient la mort du régent d'Austrasie Gogon (la chronique de Frédégaire affirme qu'il aurait été assassiné par Brunehilde164, mais son épitaphe dément tout assassinat(note 24) qui amène un changement de gouvernement. Le nouveau gouvernement est dominé par un parti pro-neustrien comprenant les aristocrates Ursio et Berthefred et l'évêque Egidius de Reims. Le poste de nourricier est attribué à un dénommé Wandalenus. Le duc Loup et le recteur Dynamius se réfugient en Burgondie.
L'alliance entre l'Austrasie et le royaume de Soissons
L'Austrasie se rapproche alors du royaume de Soissons(165). La disparition des fils de Chilpéric donne en effet à Childebert II, successeur de Sigebert, la possibilité de se retrouver héritier de deux teilreich. Egidius négocie un pacte avec Chilpéric : Childebert II devient légataire de tous les biens lui appartenant(166).
Ce changement diplomatique suscite des différends entre Austrasiens et Burgondes. Chilpéric en profite pour agrandir ses domaines aquitains en s'emparant de Saintes, Angoulême, Périgueux et Agen, cités sous domination burgonde. L'année suivante, Gontran reconnaît les conquêtes de Chilpéric afin de négocier une paix avec lui(167,)(138.)
En 582, des ambassadeurs sont envoyés en Hispanie, en vue de marier Rigonde, fille de Chilpéric, à Recarède(168,) second fils de Léovigild, désigné comme héritier de la couronne wisigothique(169).
Frédégonde met alors au monde un fils. Chilpéric vient à Paris le 17 avril 583, malgré l'indivision décidée depuis 561. Le lendemain, jour de Pâques, l'enfant, nommé Thierry, est baptisé par l'évêque Ragnemod au milieu d'une foule en joie(170.) Egidius et son entourage se rendent aussitôt à Paris pour vérifier si leur alliance est toujours valide(note 25.) Chilpéric la confirme et accuse Gontran d'avoir commandité l'assassinat de Sigebert Ier. Egidius et Chilpéric décident d'attaquer le royaume burgonde et de soumettre toutes les cités à l'autorité du roi de Soissons(171.)


L'échec de la campagne de 583 contre la Burgondie

Au printemps(172 )ou à l'été 583, les troupes de Chilpéric attaquent par le nord. Elles s'emparent de Melun puis se dirigent vers Orléans. Egidius, accompagné par plusieurs ducs austrasiens, arrive par le nord-est depuis Reims, mais avec un retard dont le motif est peut-être le moindre intérêt de l'alliance avec Soissons, étant donné que l'existence du prince Thierry empêche l'Austrasie d'hériter des territoires de Chilpéric(173)
Au sud, le duc de Toulouse Didier commande les troupes venues d'Aquitaine, auxquelles sont jointes les troupes du duc Bladaste venues de Novempopulanie. Elles pénètrent dans le Berry où elles affrontent celles de Gontran près de la ville forte de Châteaumeillant (Mediolanense castrum). La bataille qui en résulte tourne au massacre. Les envahisseurs en sortent victorieux. Ils s'unissent avec les troupes du duc Berulfus venues de Tours. Ils s'emparent de la place forte d'Argenton (Argentomagus) et continuent leur chemin en incendiant et pillant tout sur leur passage. Puis ils établissent le siège de Bourges.
De son côté, Gontran marche vers le nord ; une bataille a lieu entre Étampes et Orléans(174) dont Gontran sort vainqueur (il « massacra la plus grande partie de son frère germain »). Le lendemain, une paix est conclue par échange d'ambassadeurs, mais les envahisseurs doivent payer des réparations. Chilpéric abandonne son butin et libère les prisonniers. Les ducs Berulfus, Bladaste et Didier sont contraints de lever le siège de Bourges. En repartant, Didier et Bladaste saccagent la Touraine avec une virulence égale à celle exercée à l'aller. Au nord, le comte de Rouen ne cesse pas les hostilités malgré les ordres et Chilpéric en est réduit à le tuer lui-même(175.)


L'année 584
La mort du prince Thierry
Dans les premiers mois de l'année 584, le prince Thierry meurt de dysenterie(176.)
Chilpéric hésite alors à donner sa fille Rigonde, promise aux Wisigoths. Demeurant le dernier enfant en vie qu'il ait eu de Frédégonde, elle conserve des droits sur son royaume. Il essaie alors d'échanger Rigonde avec Basine[réf. nécessaire], cloîtrée au monastère Sainte-Croix de Poitiers, mais celle-ci refuse, influencée par Radegonde(note 26 )qui l'oblige à respecter ses vœux monastiques(176.)
Affaibli politiquement, Chilpéric quitte Paris pour s'établir à Cambrai où il installe son trésor. Par crainte d'une attaque combinée des armées austrasiennes et burgondes, il ordonne la réparation des murailles de ses cités(177.)
La naissance de Clotaire
Au printemps de l'année 584, Frédégonde met de nouveau un fils au monde. Par prudence, Chilpéric ordonne d'élever l'enfant en secret dans la villa royale de Vitry pour le protéger d'assassins éventuels, dont on pense que ses frères ont été victimes. En cas de décès, sa disparition passerait inaperçue et éviterait de dévoiler une vacance de succession qui permettrait à des opportunistes de se saisir de l'occasion pour engendrer un conflit. Le nouveau-né ne reçoit pas de nom afin de garantir un anonymat qui n'inquiète personne. L'enfant ne reçoit pas de baptême immédiatement, car le roi surveille l'évolution du Regnum Francorum avant de choisir un parrain(178).
Puis il réinstalle sa capitale à Paris, après que Brunehilde a envoyé des troupes en Italie[réf. nécessaire].

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres