www.handi-zen.com

handi-zen

Guépard,chapitre 3

452 appréciations
Hors-ligne

Consanguinité
Selon Marco Polo, il y a 700 ans, Kubilai Khan possédait dans sa résidence d'été dans l'Himalaya, 1 000 guépards dressés pour la chasse(14.) Le grand Akbar en aurait à lui seul, durant son règne, fait domestiquer 9 000(15.)
L'utilisation de ce félin, le plus rapide du monde, comme auxiliaire des chasses royales, daterait au moins des sumériens (il y a environ 5 000 ans) et des pharaons égyptiens, mais, des rois de France, des princes indiens et des empereurs autrichiens en ont également possédé.
La chasse que les hommes ont faite aux guépards est peut-être une des raisons de leur actuelle variabilité génétique anormalement basse(14) et d'une incidence élevée de semence anormale.
Selon certains chercheurs, ils auraient été victimes de la dernière ère glaciaire, celle-ci ayant éliminé la majorité des individus il y a environ 10 000 ans. On pense dans ces deux cas qu'ils ont subi une période prolongée de consanguinité. D'après certains biologistes, les guépards ont même atteint un degré de consanguinité trop élevé pour prospérer. Alors que des milliers d'animaux ont été capturés et élevés en captivité, il n'y a eu jusqu'en 1956 aucun cas connu de reproduction de guépard en captivité(14). Depuis 1970, malgré les techniques de reproduction assistée, seuls 10 à 15 % des couples captifs mettent bas, et le taux de mortalité est élevé (29,1 %)(14.)
En Europe, les guépards ont maintenant disparu à l'état sauvage : il n'en reste que quelques dizaines d'individus en Afrique du Nord (guépard du Sahara) et en Asie (Iran). On ne les trouve à l'état sauvage en Afrique australe et orientale que dans des territoires de plus en plus écologiquement fragmentés(14.)


Taxinomie
Le guépard est le seul représentant actuel du genre Acinonyx, mais, avant la fin du Pléistocène supérieur, ce genre comprenait plusieurs espèces dont la plus connue est Acinonyx pardinensis, ou le guépard géant d'Eurasie(16.)
Phylogenèse

Arbre phylogénétique des félins
La phylogenèse est l'étude de l'apparition et de la formation d'une espèce grâce à des fossiles. Avec l'étude de phylogénie moléculaire, on sait que la famille des félidés a pour dernier ancêtre commun un félin préhistorique apparu il y a environ 20 millions d'années, Pseudaelurus. La première lignée de félins à diverger est celle des Panthérinés, il y a environ 10,8 millions d'années(17.) Le guépard résulte d'une divergence bien plus récente, il y a environ 6,7 millions d'années, de la lignée du Puma(17,) qui est en effet le félin actuel le plus proche du guépard. À la suite de l'apparition de la lignée du Puma, celle-ci divergea pour donner d'un côté le genre Puma et d'un autre le genre Acinonyx(17.) Le genre Acinonyx est apparu durant le Pliocène : on retrouve des fossiles du guépard en Afrique du Sud qui datent de la fin de cette période. L'apparition du guépard semble donc dater d'il y a trois millions d'années(16.)


Sous-espèces
On distingue 5 sous-espèces de guépards(18 ):
Acinonyx jubatus jubatus (Schreber, 1775) : dans l'essentiel du sud de l'Afrique.
Acinonyx jubatus raineyi (Edmund Heller, 1913) : Kenya, Ouganda, Somalie.
Acinonyx jubatus soemmeringii (Fitzinger, 1855) : Éthiopie, Tchad, Soudan, Cameroun, sud du Niger.
Acinonyx jubatus hecki (Hilzheimer, 1913) : Afrique occidentale, Sahara. Voir guépard du Sahara.
Acinonyx jubatus venaticus (Griffith, 1821) : désormais limité à l'Iran. Voir guépard d'Asie.
La forme Acinonyx jubatus f. rex, le guépard royal semble par certains anciens auteurs considéré à tort comme une sous-espèce supplémentaire. Si certains secteurs géographiques présentent plus d'individus de ladite forme, comme au Zimbabwe, celle-ci peut aussi apparaître « spontanément » dans une portée par le jeu de la génétique[réf. nécessaire
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Animaux.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 151 autres membres